S'identifier


La Miséricorde de Dieu - M.G. LEPORI, o.cist

 La miséricorde de Dieu
 
Mauro-Giuseppe LEPORI,
abbé général o.cist

 Collectanea Cisterciensia 78 – 2016 – 3

 * 

 Année de la miséricorde oblige, mais ce sujet est inépuisable et essentiel, comme le précise M.G. Lepori, abbé général o.cist. qui , en juillet 2016, a donné ce cours aux Supérieurs Cisterciens, en introduisant son exposé par cette phrase de la règle de saint Benoît :

«  Ne jamais désespérer de la miséricorde de Dieu » (RB 4,74)

 Il nous faut garder et entretenir très fortement cette conviction que Dieu est miséricordieux et qu’un jour, comme le dit Job dans sa détresse , « je verrai Dieu ». Mais s’il nous faut avoir une foi agissante, elle ne pourra vraiment l’être en vérité que si, dès maintenant, nous prenons le temps de contempler Dieu..

« Nous verrons que c’est une lumière qui ‘clarifie le regard’ (Ps19,9) qui nous donne de mieux voir, de mieux comprendre la réalité, la réalité que nous vivons et la réalité que nous devons désirer, demander. » (p.270)

Comme le Christ l’a intensément témoigné, cette lumière va soutenir tout homme mais surtout le plus misérable, ce qui devrait nous rassurer. Dom Lepori précise que la question n’est pas de posséder la lumière mais de la contempler, de garder les yeux fixés sur Dieu.

Nous sommes dans le temps de la Toussaint ( tous appelés à la sainteté) et « la sainteté consiste à reflèter en nous, ce que Dieu est, à transmettre aux autres l’image de Dieu qui doit se réaliser en chaque être humain jusqu’à la perfection. »

            «  Soyez parfaits comme notre Père céleste est parfait . » (Mt 5,48)

            «  Soyez miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux. » (Lc6,36)

Pour pouvoir transmettre la miséricorde, il faut qu’elle nous habite. Cela est fondamental et en même temps elle n’aura de sens que si nous ne nous l’approprions pas. Cela est vrai pour tout œuvre d’art comme pour les œuvres de l’Eglise chargée de transmettre l’image vivante du Christ.

Et pour bien transmettre, il nous faudra « avec humilité demander de l’aide les uns aux autres. » (p.274)

L’auteur s’appuie sur l’image, sur l’expérience très parlante du Bon Pasteur qui ne se contente pas d’exercer son autorité mais avant tout qui aime ses brebis, qui les guide et qui les soigne.

 Plus nous sommes unis au Christ, mieux nous le représenterons auprès de nos frères et sœurs.

Nous souvenant aussi que « l’attention pour le plus faible, pour le plus difficile, soigne tout le monde, fait du bien à tous, fait grandir tout le monde…  et nous fait coopérer avec le Christ à la rédemption du monde. »

   * 

 DG
*  photo ne figurant pas dans la revue © D.G

 

Mise à jour : Mercredi 30 Novembre 2016, 20:05
Denyse dans - Lu 790 fois - Version imprimable
Article précédent - Article suivant -

Contact

Par E-mail

.

Mes liens

Voici quelques sites de référence que je vous conseille vivement.

Mes liens