S'identifier


Le désert intérieur

 Le Désert intérieur

Marie-Madeleine DAVY

 Albin Michel – Spiritualités vivantes, 1985- réimpr.2017
 226 p.

                          

Quand Jésus disait que pour trouver Dieu, il fallait tout quitter, c’est précisément vers ce « désert intérieur » qu’il faut aller et que tente d’évoquer ce livre de M.M. Davy. Le désert géographique n’est qu’une image ou une approche de ce que peut être cet état intérieur fait de solitude, d’écoute et de rencontre avec soi-même et avec Dieu.

 « Seul, celui qui en a fait l’expérience peut en parler », disait saint Bruno. Et c’est avec prudence et pourtant précision que l’auteur nous aide à entrer dans une telle démarche malgré le poids de ce qui nous environne et qu’il est si difficile de lâcher. L’habitant du désert doit se résoudre à la solitude qui est un premier pas, à se laisser déposséder, à se taire pour écouter. « Le désert intérieur n'est pas un refuge et n'offre aucun abri : il invite aux métamorphoses »

C’est conduit par l’Esprit, à qui il s’abandonne, qu’il pourra entrer dans ce désert bien particulier et connaître ses merveilles.

 Il faut reconnaître que ce dont traite l’auteur n’est guère à la portée d’un débutant, non pas dans la lecture du texte en tant que tel, mais par rapport à l’expérience suggérée qui semble réservée aux grands mystiques.

Cependant, il est intéressant et important de savoir que ce désert intérieur est à notre portée humaine et que bien des croyants en ont fait l’expérience qui demande davantage de confiance en Dieu que d’intelligence.

La contemplation de Dieu est la prière à son sommet.

 Un index très détaillé des sujets traités conclut l’ouvrage et sera d’une aide certaine .

 DG

 Extraits

-          Aujourd’hui le salut de l’homme est en jeu, c’est-à-dire sa santé, son équilibre , sa mesure et sa démesure, son harmonie. Il est impossible d’envisager l’homme coupé de sa profondeur d’origine divine. Comment accepter que la condition humaine ne réponde pas à sa vocation essentielle ? (p.14)

-         L’homme traverse son propre désert pour découvrir son fond mystérieux dont la beauté le remplit d’allégresse. Il oublie les perturbations de son long et périlleux voyage pour ne retenir que la jubilation qui l’envahit dès qu’il découvre sa propre source. Il comprend que le désert n’est rien d’autre que le passage par la mort donnant accès à une nouvelle naissance. Le désert intériorisé est Genèse. (p.18)

-         Les moines d’Orient avec Antoine, les moines d’Occident avec Benoît ne méprisent pas la terre en tant que créature de Dieu ; il leur faut se mettre à part afin de parvenir à une parfaite unification impossible dans le siècle. Ensuite chartreux et cisterciens, ces grandes fondations médiévales toujours vivantes, répondront à ce besoin d’expérience intérieure qui anime certains hommes que le désert séduit, comme lieu d’expérience, d’amour, de reconnaissance et de repos en Dieu. (p.56)

-         Durant quarante années, YHWH [Yahvé] a soutenu ses fils par sa parole. Une parole qui fut entendue et vue : « Et ils virent la voix » (Ex 20,18). L’audition précède toujours la vision et cela tout au long de la Bible, comme en témoigne le psalmiste : «  Ecoute ma fille, et vois » (Ps 44,11) (p.104)

Mise à jour : Mardi 9 Juillet 2019, 10:43
Denyse dans 01- LIVRES - REVUES - Résumés, extraits... - Lu 425 fois - Version imprimable
Article précédent - Commenter - Article suivant -

Contact

Par E-mail

.

Mes liens

Voici quelques sites de référence que je vous conseille vivement.

Mes liens