S'identifier


Règle de saint Benoît - ch. 42 , 20 novembre

 RB 42 - 20 novembre

Que nul ne parle après complies -

 Et si nous cultivions un peu de silence ?

 J'ai toujours aimé les passages bibliques ou de la Règle de Saint Benoît qui sont peu engageants ou difficiles.

Ceux qu'en général on évite. Par paresse ou par à priori. Ils sont en fait révélateurs pour soi-même de ce qu'on préfère rejeter : je ne comprendrai rien, çà va me prendre trop de temps, çà ne me concerne pas, c'est de la vieille histoire. Il est vrai aujourd'hui que le terme de "complies" ne parle plus à grand monde et " que nul ne parle " c'est-à-dire imposer (ou proposer)  le silence n'est pas toujours apprécié ni compris.

 Ces saintes paroles rébarbatives sont pourtant bien souvent riches d'enseignement. Sous l'ingrat est parfois caché la perle. Comme en l'homme. Cela demande simplement un peu d'écoute et de patience.

Allons donc au-devant de notre surprise d'aujourd'hui.

 " En tous temps les moines doivent cultiver le silence, mais surtout aux heures de la nuit." (v. 1)

                *  

 Il n'est pas demandé à tout le monde de faire silence  jour et nuit. Cela fait partie de la vocation monastique. Pourquoi font-ils silence ? Pour écouter Dieu qui ne se perçoit guère dans l'agitation. L'Evangile l'exprime souvent à travers paroles et attitudes de Jésus. Dans l'Ancien Testament aussi, les grands figures bibliques rencontraient Dieu dans le silence et la solitude.  Mais si les moines vivent ce silence de façon intense et intensive, c'est parce qu'ils ont fait le choix d'être tout à Dieu et d'en prendre les moyens.

Le silence est un moyen pour tout homme de s'approcher de Dieu. Ce n'est pas le seul évidemment. Le couple amoureux lui aussi a besoin de moments silencieux parce que l'amour qui ne trouve plus des mots assez forts se dit aussi dans le tête à tête sans paroles où il suffit simplement d'être ensemble, d'écouter le silence, les mêmes bruits, une musique ou un texte lu, de communier par la pensée.

Saint Benoît d'ailleurs dans ce passage, parle de ce silence partagé :

" Tous s'assiéront en un même lieu" (v. 3, 7)

            *   

Paradoxalement, pour entrer dans le silence, Saint Benoît propose à ses moines l'écoute d'une lecture de l'Ecriture. Faire silence en soi, ce n'est pas se fermer au monde bien au contraire. C'est s'entraîner à l'écoute. Faire silence, c'est  laisser la place en soi pour accueillir.

Nos journées sont souvent pleines à craquer sans une respiration, sans temps d'arrêt, sans relecture. Le soir même, à table, on allume radio ou télé. Puis on se couche, on s'endort et on recommence le lendemain. Même le dimanche, jour du Seigneur, n'a plus de temps à consacrer à Dieu.

 La Règle d'aujourd'hui nous rappelle à toutes et à tous qu'il nous faut impérativement trouver dans nos journées, nos semaines, notre année, des temps de pause plus ou moins longs. C'est vital pour notre corps mais plus vital encore si nous disons vouloir marcher au pas de Dieu. Comme un bateau dont il faut maintenir le cap si on ne veut pas dériver.

Nous découvrirons alors, par exemple, qu'en prenant un temps régulier  pour lire et écouter la Parole de Dieu, notre chemin va s'éclairer, se purifier, retrouver sens. Dans nos vies, Dieu est trop souvent quelqu'un que nous ne laissons pas nous rejoindre. Comme si on marchait en parallèle. On croit en Lui mais quelle place lui laissons-nous ?

Quelqu'un à qui nous dirions "je t'aime", mais qui ne prendrait aucune part à notre vie, dont nous ne tiendrions pas compte des avis , serait bien peu aimé...

" Dieu n'était pas dans l'ouragan, mais dans la brise légère..." nous rappelle le prophète Elie.

Retrouvons donc le goût du silence. Et cela se "cultive" !

DG
* © D.G

Mise à jour : Dimanche 18 Novembre 2018, 16:48
Denyse dans 10- 02- REGLE de SAINT BENOÎT ( commentaires - Archives) - Lu 1557 fois - Version imprimable
Article précédent - Commenter - Article suivant -

Contact

Par E-mail

.

Mes liens

Voici quelques sites de référence que je vous conseille vivement.

Mes liens