S'identifier


EVANGILE selon saint MARC (texte et commentaires)

 En ce temps de Carême et de confinement...

Réflexions en lisant l'Evangile de saint Marc
(à partir du ch. 14)

                     
                              

  - Les chefs complotent contre Jésus. (Mc 14, 1-2)

On était à deux jours de la fête de la Pâque et des pains sans levain . Les chefs des prêtres et les maîtres de la loi cherchaient un moyen d'arrêter Jésus en cachette et de le mettre à mort. Ils se disaient en effet : «  Nous ne pouvons pas faire cela pendant la fête, sinon le peuple risquerait de se soulever. »

                                     

Ainsi s'ouvre, brièvement, le récit qui va nous conduire à la Passion de Jésus. Chez Marc, il occupe deux chapitres entiers, c'est dire l'importance que cette période terrible a occupé dans l'esprit des disciples. Car souvenons-nous, l''évangile de Marc, vraisemblablement cautionné par Pierre, a été écrit a posteriori et procède à une relecture des faits afin d'en conserver la mémoire.

Cet évangile, le plus ancien, est aussi le plus court mais le plus vivant et le plus simple dans sa lecture. Chaque évangéliste a sa façon d'être porte-parole : selon son style, ses informations, son auditoire et bien sûr selon ce que lui inspire l'Esprit-Saint.

 A quelques jours de la grande fête de la Pâque dont on peut imaginer le côté festif, se trame déjà le complot des juifs pour se débarrasser de Jésus, à leurs yeux trop populaire et dérangeant. On peut souligner que ce sont « les chefs des prêtres et les maîtres de la loi » (les pharisiens, les scribes) qui sont les meneurs. Ils sentent leur pouvoir menacé.

Une vraie stratégie se met en place en vue d'éliminer discrètement voir secrètement Jésus et tenir compte d'un peuple en effervescence toujours susceptible de se retourner contre le pouvoir.

 Imaginons ce contexte loin d'être paisible où Jésus sait très bien désormais ce qu'il est appelé à vivre. Dans le monde d'aujourd'hui, bien des chrétiens engagés ont conscience des risques qu'ils encourent en soutenant les plus pauvres. Mais leur foi en Dieu est leur force et leur espérance.

A notre petite mesure, quelles sont nos responsabilités, civiques comme chrétiennes, en ce temps de confinement dû au coronavirus ? Respectons les consignes sanitaires mais aussi soyons solidaires, fraternels. Associons aussi nos prières à celles de l'Eglise.

« Restez chez vous... et portez-vous bien ! » est la nouvelle devise de la France toutes religions et non-croyances confondues.

 

  Une femme met du parfum sur la tête de Jésus (Marc 14, 3-9)

 Jésus se trouvait à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux. Pendant qu’il était à table, une femme entra, avec un flacon d’albâtre contenant un parfum très pur et de grande valeur. Brisant le flacon, elle lui versa le parfum sur la tête.

Or, de leur côté, quelques-uns s’indignaient : « À quoi bon gaspiller ce parfum ?

 On aurait pu, en effet, le vendre pour plus de trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données aux pauvres. » Et ils la rudoyaient.

 Mais Jésus leur dit : « Laissez-la ! Pourquoi la tourmenter ? Il est beau, le geste qu’elle a fait envers moi.

 Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, et, quand vous le voulez, vous pouvez leur faire du bien ; mais moi, vous ne m’aurez pas toujours.

 Ce qu’elle pouvait faire, elle l’a fait. D’avance elle a parfumé mon corps pour mon ensevelissement.

 Amen, je vous le dis : partout où l’Évangile sera proclamé – dans le monde entier –, on racontera, en souvenir d’elle, ce qu’elle vient de faire. »

                      
    Jésus chez Simon
– Neuilly en Donjon (Allier)
    Portail roman de l'église @ DG

 A travers cette scène bien connue où une femme verse du parfum sur la tête de Jésus, est raconté un geste prophétique anticipant l'embaumement de Jésus.

L'histoire se passe à Béthanie, un petit village proche de Jérusalem. La femme, anonyme, transgresse plusieurs usages : l'interdiction d'aborder un homme en public et un geste de gaspillage évidemment mal interprété. Par ce geste, la femme rend hommage à Jésus qui y voit une belle preuve d'amour. Les personnes assistant à cet événement sont indignées et allèguent habilement le souci des pauvres. Quelle hypocrisie !

L'interprétation de Jésus à ce beau geste est sans doute incompréhensible aux personnes qui l'entourent. Quel ensevelissement ? De quoi parle-t-il ? Quel honneur pourtant quand on pense à la mise à mort misérable que va connaître Jésus.

Pour l'évangéliste Marc, une conclusion qui lui tient à cœur, s'impose : la Bonne Nouvelle «  sera proclamée dans le monde entier . On racontera.... » . On retrouve ici le but des Evangiles : assurer la transmission d'une histoire vraie et d'un message qui va enraciner la foi des chrétiens pour des siècles.

 Oui, aujourd'hui encore, on se souvient de ce geste de foi dérangeant, humble et passionné.

Gestes humbles aussi des moines, moniales et laïcs décorant de fleurs une église en vue d'une célébration. C'est bien le Seigneur qu'on honore. Gestes pleins de sens lors de l'encensement d'un défunt où on respecte et honore aussi le corps de celui ou celle qui nous quitte.

Dans nos vies, il y a une multitude de gestes possibles ( un petit cadeau, un courrier, une aide...) pour nous aussi annoncer la Bonne Nouvelle .

En nos temps difficiles actuels où les vies des malades et soignants en particulier sont menacées, on constate une multitude de gestes de solidarité, de soutien dans ce combat pour la vie. On peut en être heureux et espérer qu'au-delà d'une période de crise, on en gardera les bienfaits.

Jésus mort et ressuscité nous montre le chemin à suivre.

---------------------------------

Judas veut livrer Jésus aux chefs des prêtres (Mc 14, 10-11)

 Judas Iscariote, l’un des Douze, alla trouver les grands prêtres pour leur livrer Jésus.

À cette nouvelle, ils se réjouirent et promirent de lui donner de l’argent. Et Judas cherchait comment le livrer au moment favorable.

                
Le baiser de Judas - Cathédrale de Bourges

Judas est l'un des douze apôtres. Toujours cité en dernier. Nous savons que les chefs des prêtres cherchent à arrêter Jésus sans ameuter la foule. Sachant où est Jésus, Judas va leur indiquer, moyennant finances, un moyen de le saisir.

Comment comprendre cette trahison de Judas qui, avec les autres apôtres, suit Jésus depuis des mois ?

L'Ecriture en avait parlé. Déterminisme ? Fallait-il que l'Ecriture s'accomplisse ? Jésus aussi savait : « L'un de vous me trahira ». Cependant, on ne peut imaginer que Judas ait été contraint par Dieu à jouer ce rôle. C'est plutôt Satan qui s'est emparé de son esprit. Comme il le fait avec nous à la moindre occasion. L'argent était-il la faiblesse de Judas ? Il était d'ailleurs l'économe de leur petite communauté. On peut penser plutôt qu'au fil de son compagnonnage avec Jésus, Judas sentait arriver la déception face à celui en qui il avait cru, mis ses espoirs. Un doute terrible s'est emparé de lui : il avait cru en la divinité du Christ, à sa royauté mais il constatait à la veille de la passion, que Jésus semblait n'avoir plus aucun pouvoir, que tout était perdu pour lui et ses disciples. Et quand Jésus va parler d'offrir sa chair et son sang, discours peu clair pour ses proches, Judas perd pied. Croît-il encore qu'un miracle de son maître va couper court à son marchandage avec les prêtres ? Sorte de provocation ? Quand le sort tragique de Jésus sera conclu, Judas mesura toute l'horreur de son geste.

Saint Matthieu précisera : « il alla se pendre. »

On sait combien peut nous affecter une déception : un ami en qui on avait cru, une préférence donné dans notre travail à quelqu'un d'autre, des circonstances qui font que nos projets s'écroulent... Ne méprisons pas Judas. Ayons pitié de lui. Et soyons vigilants afin de ne pas nous laisser piéger par Satan, ou par le déguisement qu'il prend pour nous tenter et gagner la partie.

Satan a dû se frotter les mains en voyant Jésus sur la croix. Ce qu'il ne savait pas, c'est qu'il fallait que Jésus passe par cette mort pour connaître la résurrection et nous en ouvrir les portes.

En ce jour, 25 mars, fête de l'Annonciation, relisons le beau passage de saint Luc (Lc 1, 26-38) qui raconte l'annonce à Marie, par un ange, de la naissance prochaine de Jésus. Confiance et interrogations de Marie dont la foi dépasse le possible. «  Je suis la servante du Seigneur, que tout se passe comme tu l'as dit ».

           Et je salue ce Dieu

Qui pour nous déchiffrer

Endossa notre chair

           Et s'arrima au temps.

Andrée Chedid, Territoires du souffle (1999), p. 161

----------------------------------------------------
Jésus prend le repas de la Pâque avec ses disciples (Mc 14,12-21)

Le premier jour de la fête des pains sans levain, où l’on immolait l’agneau pascal, les disciples de Jésus lui disent : « Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs pour que tu manges la Pâque ? »

 Il envoie deux de ses disciples en leur disant : « Allez à la ville ; un homme portant une cruche d’eau viendra à votre rencontre. Suivez-le, et là où il entrera, dites au propriétaire : “Le Maître te fait dire : Où est la salle où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ?”

Il vous indiquera, à l’étage, une grande pièce aménagée et prête pour un repas. Faites-y pour nous les préparatifs. »

Les disciples partirent, allèrent à la ville ; ils trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit, et ils préparèrent la Pâque.

 Le soir venu, Jésus arrive avec les Douze. Pendant qu’ils étaient à table et mangeaient, Jésus déclara : « Amen, je vous le dis : l’un de vous, qui mange avec moi, va me livrer. »

 Ils devinrent tout tristes et, l’un après l’autre, ils lui demandaient : « Serait-ce moi ? »                           

 Il leur dit : « C’est l’un des Douze, celui qui est en train de se servir avec moi dans le plat.

 Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! »

                                            

Le repas de la Pâque juive, toujours pratiqué aujourd'hui, réactualise la sortie d'Egypte qui libéra le peuple d'Israël de l'esclavage. Il est vraisemblable que Jésus et ses disciples étaient venus à Jérusalem pour participer à cette fête. Ils cherchent un lieu pour partager le repas mais Jésus, mystérieusement, sait à qui s'adresser. Réalité historique ou non, c'est bien Jésus qui prend en main les événements. Ce qu'il désire surtout ce jour-là, c'est rassembler ses amis autour de lui pour un dernier repas fraternel et aussi pour leur laisser des signes qui le garderont présent parmi eux après sa mort.

Jésus va brutalement casser une ambiance sans doute festive lorsqu'il déclare : Amen, je vous le dis : l’un de vous, qui mange avec moi, va me livrer. Jésus sait. Mais on est surpris de l'interrogation des disciples : Serait-ce moi ? Chacun doute-t-il de sa capacité à suivre Jésus jusqu'au bout ? Saint Matthieu précise que même Judas a des doutes sur sa propre trahison. C'est tout du moins ce qu'il dit. Sans le nommer , Jésus le désigne cependant clairement. Et souligne qu'il n'y a pas pire destin que de trahir son Seigneur.

Comme pour Jésus (ou Judas), la vie nous malmène parfois et nous pousse à des choix qu'on n'aurait peut-être pas faits en temps paisible. Face à certaines difficultés, nous choisissons parfois le mensonge et la fuite, comme Pierre qui reniera Jésus. Face à notre confinement, on peut accuser le pouvoir d'avoir fait de mauvais choix et comme cela arrive déjà de porter plainte en cherchant des coupables. Alors que pour certains d'entre nous, du temps nous est donné, essayons de regarder ce qui est positif, comme la solidarité, le travail sans compter du personnel soignant, l'hommage qui leur est fait.
Lors de l'audioconférence qui a eu lieu lundi 23 mars entre Emmanuel Macron et les représentants des religions, de loges maçonniques et d'associations laïques, retenons cette phrase du grand maître du Grand Orient de France : «  Il faut maintenant se poser la question de comment en sortir différents et meilleurs ».

-----------------------
La Sainte Cène (Mc 14, 22-26)

 Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit, le leur donna, et dit : « Prenez, ceci est mon corps. »

 Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, et ils en burent tous.

 Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude.

 Amen, je vous le dis : je ne boirai plus du fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, dans le royaume de Dieu. »

Après avoir chanté les psaumes, ils partirent pour le mont des Oliviers. 

                               
                      La Cène – Enluminure du 11°s. - Echternach, musée de l'abbaye  @ DG

Nous avons ici, avec les paroles de Jésus, le moment fondateur de l'Eucharistie, point culminant de la messe chrétienne, qui fait précisément mémoire de ce jeudi saint.

Lors des repas, il est d'usage pour les Juifs de partager le pain et le vin. Mais ce soir-là, pour Jésus qui sait l'imminence de sa mort, ce repas évoque le banquet final du royaume.

Il inaugure aussi une nouvelle alliance de Dieu avec l'humanité.  Jésus, conscient de l'angoisse qui monte en lui et en ses disciples, veut leur communiquer son indéfectible confiance en Dieu et la certitude de rester pour toujours liés à eux. L'esprit du Christ, serviteur et sauveur, va se transmettre ainsi de générations en générations qui se consacreront avec foi, humblement mais avec ardeur à ouvrir des chemins au Royaume de Dieu.

Le service du Royaume de Dieu auquel est appelé chaque chrétien est donc lié à l'expérience fraternelle d'un repas. Il n'est pas étonnant que le temps du repas dans les monastères soit considéré comme un temps liturgique.
On remarque, en ces jours de confinement, que le temps du repas peut être un moment fort, plus rituel. Un temps de partage et d'écoute. Un temps où sont évoqués les événements du jour dans la localité où nous vivons ou dans le monde et de s'y associer par la pensée, la prière ou par la décision de participer à la hauteur de ses moyens à l'aide sanitaire et sociale. Dans sa douleur, le monde d'aujourd'hui est plus beau parce que plus solidaire.

------------------------------

Jésus annonce que Pierre le reniera (Mc 14,27-31)

Jésus leur dit : « Vous allez tous être exposés à tomber, car il est écrit : Je frapperai le berger, et les brebis seront dispersées. Mais, une fois ressuscité, je vous précéderai en Galilée. »
Pierre lui dit alors : « Même si tous viennent à tomber, moi, je ne tomberai pas. » Jésus lui répond : « Amen, je te le dis : toi, aujourd’hui, cette nuit même, avant que le coq chante deux fois, tu m’auras renié trois fois. » Mais lui reprenait de plus belle : « Même si je dois mourir avec toi, je ne te renierai pas. » Et tous en disaient autant.


                         

                        Saint Pierre @ DG

 Jésus se doute bien que pour les disciples aussi l'épreuve ne va pas être facile. Et l'évangéliste fait le lien avec un passage de l'Ecriture  évoquant un berger attaqué et ses moutons qui s'enfuient. (Livre de Zacharie ch.13) Mais la foi de Pierre n'est pas encore vaincue par la peur et il n'imagine pas « tomber ». Sa protestation est sincère et il se croit fort. Les disciples, malgré les avertissements de Jésus, ne réalisent pas encore ce à quoi ils vont être confrontés. Ce n'est sans doute pas un hasard, si le récit de la Cène est précédé par la trahison de Judas et suivie par le reniement de Pierre.

 L'alternance des paroles de Jésus et de Pierre souligne bien le contraste entre ce que vit Jésus, qui voit le fond de notre cœur, et l'attitude du disciple dont la foi est bien réelle mais la fragilité aussi.

On ne peut jeter la pierre à Pierre. Quand le courage nous a-t-il manqué pour aller jusqu'au bout de nos engagements ? Qu'est-ce qui nous a fait craquer ?

Dieu connaît notre faiblesse humaine et à l'avance nous pardonne en nous aidant à nous relever.

Demandons aux martyrs connus et inconnus de soutenir nos efforts et notre foi.

Prions pour tous les hommes et femmes prêts à donner leur vie pour en sauver d'autres.

                   Le Seigneur est ma lumière et mon salut

                       de qui aurais-je crainte ?

                  Le Seigneur est le rempart de ma vie

                      devant qui tremblerais-je ?
                                                                                  Ps 27
------------------------

Jésus prie à Gethsémani (Marc 14, 32-42)

lls parviennent à un domaine appelé Gethsémani. Jésus dit à ses disciples : « Asseyez-vous ici, pendant que je vais prier. » Puis il emmène avec lui Pierre, Jacques et Jean, et commence à ressentir frayeur et angoisse.

Il leur dit : « Mon âme est triste à mourir. Restez ici et veillez. »

Allant un peu plus loin, il tombait à terre et priait pour que, s’il était possible, cette heure s’éloigne de lui.

Il disait : « Abba… Père, tout est possible pour toi. Éloigne de moi cette coupe. Cependant, non pas ce que moi, je veux, mais ce que toi, tu veux ! »

Puis il revient et trouve les disciples endormis. Il dit à Pierre : « Simon, tu dors ! Tu n’as pas eu la force de veiller seulement une heure ?

Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation ; l’esprit est ardent, mais la chair est faible. »

De nouveau, il s’éloigna et pria, en répétant les mêmes paroles.

Et de nouveau, il vint près des disciples qu’il trouva endormis, car leurs yeux étaient alourdis de sommeil. Et eux ne savaient que lui répondre.

Une troisième fois, il revient et leur dit : « Désormais, vous pouvez dormir et vous reposer. C’est fait ; l’heure est venue : voici que le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs.

Levez-vous ! Allons ! Voici qu’il est proche, celui qui me livre. »

           
  Le Jardin des Oliviers - Eglise de Figeac (Lot) - @ DG

 Jésus est à Gethsémani, au jardin des Oliviers. Il a souhaité emmener avec lui ses plus proches amis pour le soutenir dans l'épreuve. Il a peur de ce qui l'attend ; il est abattu par cette fin de mission qui semble un désastre. Par trois fois, il demande à Pierre , Jacques et Jean de rester éveillés à ses cotés.

Mais un profond sommeil les écrase. C'est seul que Jésus, prie le Père, et choisit de rester fidèle au projet de Dieu pour le salut des hommes.

Saint Marc raconte cet épisode douloureux alors que les disciples dorment. Il n'y a donc pas eu de témoins pour voir et entendre ce que vivait Jésus. Cependant, on ne doute pas un instant de la réalité des états d'âme de Jésus qui nous rejoint, en tant qu'homme, dans sa souffrance et sa peur et qui finit, par obéissance et amour, à faire ce que Dieu attend de lui. Il n'a plus besoin de la présence des disciples car Dieu l'habite tout entier.

 On est infiniment touchés par l'angoisse de Jésus, par sa solitude et son sentiment d'échec. Par sa prière à Dieu. Jésus entre en tentation, confrontation entre humanité et divinité. « Abba », c'est-à-dire « papa ». Quelle proximité ! Jésus doit lutter lui aussi pour accepter ce destin incompréhensible.

Quant aux disciples, (quant à nous dans l'épreuve) ils sont bien aux côtés de Jésus mais ils ne veillent pas, ils ne sont pas prêts à l'action car (Marc les excuse en quelque sorte), ils ne comprennent pas ce qui se passe : « ils ne savaient que lui répondre ». Anxieux peut-être aussi, ils fuient dans le sommeil. Et ce n'est pas sans une triste ironie qu'à la fin Jésus leur dit qu'il n'a plus besoin d'eux.

Nous avons nous aussi à être vigilants dans l'accompagnement de nos proches, des malades, des pauvres. L'insistance, par trois fois, de Jésus pour réveiller ses amis, souligne bien notre inertie.

On peut d'autant plus se réjouir quand, dans le cas de la pandémie actuelle, on voit des hommes et des femmes voir comme une évidence d'être aux côtés de ceux qui souffrent ou meurent.

Le personnel d'un EHPAD décide de rester 2H sur 24, le temps qu'il faudra, avec les pensionnaires isolés de leurs familles.Mesure de sécurité sans doute mais aussi d'humanité.

 « Notre Père qui es aux cieux... ne nous laisse pas entrer en tentation... »

----------------------
L' arrestation de Jésus (Marc 14, 43-52)

 Jésus parlait encore quand Judas, l’un des Douze, arriva et avec lui une foule armée d’épées et de bâtons, envoyée par les grands prêtres, les scribes et les anciens.

Or, celui qui le livrait leur avait donné un signe convenu : « Celui que j’embrasserai, c’est lui : arrêtez-le, et emmenez-le sous bonne garde. »

À peine arrivé, Judas, s’approchant de Jésus, lui dit : « Rabbi ! » Et il l’embrassa.

Les autres mirent la main sur lui et l’arrêtèrent.

Or un de ceux qui étaient là tira son épée, frappa le serviteur du grand prêtre et lui trancha l’oreille.

Alors Jésus leur déclara : « Suis-je donc un bandit, pour que vous soyez venus vous saisir de moi, avec des épées et des bâtons ? Chaque jour, j’étais auprès de vous dans le Temple en train d’enseigner, et vous ne m’avez pas arrêté. Mais c’est pour que les Écritures s’accomplissent. »

Les disciples l’abandonnèrent et s’enfuirent tous.

Or, un jeune homme suivait Jésus ; il n’avait pour tout vêtement qu’un drap. On essaya de l’arrêter.

                     

Le baiser de Judas – 12°s. Saint-Martin de Zillis (Suisse)

 Quelques jours plus tôt, Jésus avait chassé les marchands du Temple. S'en prendre au Temple était inconcevable pour les Juifs. C'est sans doute une conspiration des grands prêtres et des scribes avec à leur tête le grand prêtre Caïphe, l'homme fort de Jérusalem, qui va précipiter l'arrestation de Jésus.

 Les soldats romains n'interviennent pas à cet instant.

 Le baiser de Judas, s'il est authentique, est terrifiant, comme une double trahison. Un disciple (Pierre peut-être) s'oppose en tranchant l'oreille d'un serviteur. Jésus, avec une certaine sérénité, intervient contestant d'être arrêté comme un bandit. Il a toujours été pacifique. Mais sa parole reste choquante pour les agresseurs : comment les Ecritures pourraient-elles s'accomplir en la personne de ce trouble-fête ? C'en est trop ! Jésus est arrêté …. et les disciples s'enfuient. Quelle déroute !

 Marc conclut cette sombre page par une anecdote . Etait-ce Marc lui-même qui se met en scène ? On pense plutôt à une portée symbolique : ce jeune homme vêtu d'un drap et qui échappe à l'arrestation, c'est Jésus lui-même sorti du tombeau, Jésus ressuscité.

 En lisant et méditant l'arrestation de Jésus,on imagine sans peine le pourquoi des réactions des uns et des autres. Les responsables juifs de Jérusalem craignent pour leur pouvoir, les disciples pour leur vie. La vie de Jésus semble avoir peu de poids dans cette arrestation motivée par une perturbation possible en cette fête de la Pâque. Pour Judas, c'est la déception et l'appât du gain. Et pour les disciples, c'est l'instinct de survie qui les fait fuir. Ceux-ci n'ont pas perdu leur foi en Jésus. Mais ils sont faibles face au danger.

 Nous sommes face à l'arrestation d'un innocent. L'amour semble vaincu par les armes ou la fuite.

 L'amour, dans nos vies, n'est pas toujours vainqueur et il faut parfois « boire la coupe jusqu'à la lie », mourir à soi-même avant de se relever plus fort. Il en est ainsi des martyrs dont la foi a tenu bon jusqu'au bout. Mais sans aller jusque là, laissons-nous interpeller par l'arrestation de Jésus et par l'abandon des disciples, par cet homme anonyme qui s'interpose...

Portons aussi avec le Christ son angoisse, sa solitude mais aussi son obéissance à une mission qui le rend fort, celle de Fils de Dieu.

-------------------------

Jésus devant le Conseil supérieur (Marc 14, 53-65)

 

Ils emmenèrent Jésus chez le grand prêtre. Ils se rassemblèrent tous, les grands prêtres, les anciens et les scribes.

Pierre avait suivi Jésus à distance, jusqu’à l’intérieur du palais du grand prêtre, et là, assis avec les gardes, il se chauffait près du feu.

Les grands prêtres et tout le Conseil suprême cherchaient un témoignage contre Jésus pour le faire mettre à mort, et ils n’en trouvaient pas.

De fait, beaucoup portaient de faux témoignages contre Jésus, et ces témoignages ne concordaient pas.

Quelques-uns se levèrent pour porter contre lui ce faux témoignage :

«Nous l’avons entendu dire : “Je détruirai ce sanctuaire fait de main d’homme, et en trois jours j’en rebâtirai un autre qui ne sera pas fait de main d’homme.” »

Et même sur ce point, leurs témoignages n’étaient pas concordants.

Alors s’étant levé, le grand prêtre, devant tous, interrogea Jésus : « Tu ne réponds rien ? Que dis-tu des témoignages qu’ils portent contre toi ? »

Mais lui gardait le silence et ne répondait rien. Le grand prêtre l’interrogea de nouveau : « Es-tu le Christ, le Fils du Dieu béni ? »

Jésus lui dit : « Je le suis. Et vous verrez le Fils de l’homme siéger à la droite du Tout-Puissant, et venir parmi les nuées du ciel. »

Alors, le grand prêtre déchire ses vêtements et dit : « Pourquoi nous faut-il encore des témoins ? Vous avez entendu le blasphème. Qu’en pensez-vous ? » Tous prononcèrent qu’il méritait la mort.

Quelques-uns se mirent à cracher sur lui, couvrirent son visage d’un voile, et le giflèrent, en disant : « Fais le prophète ! » Et les gardes lui donnèrent des coups.

                                       
                                     Jérusalem - Jardin des Oliviers      @ DG              

La scène est disposée. Jésus est devant Caïphe, le grand prêtre, et son conseil. Un peu plus loin, Pierre est assis avec des gardes autour d'un feu.

Il est peu probable qu'un tel conseil se réunisse ainsi de nuit. Mais il faut précipiter les choses et le jugement de Jésus fut sans doute sommaire. On ne connaît pas la réalité historique de ce procès. Ce qui importe ici à l'évangéliste Marc, c'est la déclaration de Jésus sur son identité.

Marc, voulant souligner l'innocence de Jésus, montre d'abord l'embarras de Caïphe qui ne trouve pas de motifs pour condamner à mort Jésus. Les faux témoignages ne prouvent rien non plus. Certains se souviennent soudain de l'intervention de Jésus devant le Temple où il chassa des marchands et aurait dit qu'il détruirait le Temple et le rebâtirait en trois jours.

Ce passage est clair pour les disciples qui ont connu la résurrection (souvenons-nous que le texte de Marc a été écrit dans les années 60). De même le silence de Jésus face à ses accusateurs fait référence au prophète Isaïe (Is 53,7). Oui, Jésus accomplit les Ecritures et c'est important pour les premiers chrétiens.

Ce jour-là, pour la première fois, Jésus revendique son titre de Fils de Dieu. Au seuil de sa mort, Jésus fait toute la lumière sur ce qu'il est. Il est d'origine divine. L'indignation de Caïphe est alors à son comble devant un tel blasphème. Dans l'Ancien Orient, déchirer ses vêtements est signe d'indignation. Ce que fait Caïphe. Nul ne le sait encore : cette déchirure peut symboliser que c'est Jésus qui devient désormais le vrai Grand Prêtre d'un monde nouveau.

Jésus est condamné à mort après un simulacre de justice.

Une telle scène n'est pas sans évoquer les simulacres de procès qui ont lieu de nos jours dans certains pays autoritaires. Le but n'étant pas de rendre la justice mais de supprimer ce qui gêne le pouvoir. Jésus n'a pas choisi sa mort mais il a toujours choisi de défendre la cause des pauvres, des persécutés. Et le voici l'un d'eux. C'est jusqu'à cet abaissement-là « que lui de condition divine » ne profita pas de sa puissance divine, mais « s'anéantit lui-même » (Philippiens 2) accepta les conditions dramatiquement humaines et humiliantes de sa mort.

Dieu nous aime d'un amour sans limite et quand Jésus dit « Qui me voit, voit le Père » nous avons par la mort de Jésus la preuve de cet amour de Dieu pour l'humanité.

--------------------
Pierre renie Jésus (Marc 14, 66-72)

 Comme Pierre était en bas, dans la cour, arrive une des jeunes servantes du grand prêtre.

 Elle voit Pierre qui se chauffe, le dévisage et lui dit : « Toi aussi, tu étais avec Jésus de Nazareth ! »

 Pierre le nia : « Je ne sais pas, je ne comprends pas de quoi tu parles. » Puis il sortit dans le vestibule, au dehors. Alors un coq chanta.

 La servante, ayant vu Pierre, se mit de nouveau à dire à ceux qui se trouvaient là : « Celui-ci est l’un d’entre eux ! »

 De nouveau, Pierre le niait. Peu après, ceux qui se trouvaient là lui disaient à leur tour : « Sûrement tu es l’un d’entre eux ! D’ailleurs, tu es Galiléen. »

 Alors il se mit à protester violemment et à jurer : « Je ne connais pas cet homme dont vous parlez. »

Et aussitôt, pour la seconde fois, un coq chanta. Alors Pierre se rappela cette parole que Jésus lui avait dite : « Avant que le coq chante deux fois, tu m’auras renié trois fois. » Et il fondit en larmes.

                      

         « Un coq chanta » - Abbaye de Tamié

 Ce passage de l'évangile de Marc est un des plus saisissant. Il souligne la solitude de Jésus dans sa Passion et la foi souvent misérable de l'homme.

 La réaction de Pierre est infiniment proche de nos faiblesses. Pauvre Pierre, si fougueux sur les pas de Jésus, si sûr de sa foi et de sa fidélité ! Ce soir-là, il était même resté proche, autour du feu, à quelques distances de Jésus jugé devant Caïphe. Il a suffi d'un coup d'oeil d'une servante observatrice pour que sa vaillance s'effondre, lâchement.

  Qui de nous n'a jamais cherché à échapper à une épreuve par le silence ou la fuite ?

 Jésus connaît le fond de notre cœur. Il avait même prévenu Pierre à propos du coq , petit signe irréfutable que Jésus nous connaît bien plus que nous-mêmes. Pas un seul apôtre n'est resté à ses côtés. « Les disciples l'abandonnèrent et s'enfuirent tous » (v.50)

 « Pierre fondit en larmes ». On aime ce Pierre fort et vulnérable , qui se repentit et à qui il sera beaucoup pardonné et beaucoup confié. Mais on entend déjà le cri de Jésus sur la croix : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?

              Serais-je prêt à risquer ma vie pour suivre le Christ ?

          Pitié pour moi, mon Dieu dans ton amour,

           dans ta grande tendresse, efface mon péché.

           Lave-moi tout entier de ma faute,

           purifie-moi de mon offense.

          Oui, je connais mon péché,

           ma faute est toujours devant moi.

           Contre toi seul, j'ai péché,

           ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait.

           Mais tu cherches au fond de moi la vérité,

           dans le secret tu m'apprends la sagesse...

         
           Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu …

           rends-moi la joie d'être sauvé

                                                Ps. 50
DG  -  @ DG

------------------------------------------

 
Jésus devant Pilate (Marc 15, 1-5)

Dès le matin, les grands prêtres convoquèrent les anciens et les scribes, et tout le Conseil suprême. Puis, après avoir ligoté Jésus, ils l’emmenèrent et le livrèrent à Pilate.

Celui-ci l’interrogea : « Es-tu le roi des Juifs ? » Jésus répondit : « C’est toi-même qui le dis. »

Les grands prêtres multipliaient contre lui les accusations.

Pilate lui demanda à nouveau : « Tu ne réponds rien ? Vois toutes les accusations qu’ils portent contre toi. » Mais Jésus ne répondit plus rien, si bien que Pilate fut étonné.

Le Conseil suprême conduit Jésus à Pilate car seule l'autorité romaine a le pouvoir d'exécuter un condamné. L'accusation de s'être proclamé « roi des Juifs » est suffisante pour mériter la peine de mort, d'où la question de Pilate. Ce qui avait mis en colère les Juifs était que Jésus se prenne pour Dieu, ce qui laisserait indifférent Pilate. Alors que « roi des Juifs » est pour Pilate une menace politique d'autant qu'on dit de Jésus qu'il trouble l'ordre public.

Jésus ne confirme pas vraiment ce que dit Pilate et les prêtres « multiplient contre lui les accusations ».

Pilate, qui n'ignore sans doute pas le complot, insiste et encourage Jésus à se défendre.

Jésus demeure silencieux car il sait que plus rien n'empêchera sa mise à mort.

«  Maltraité, il s'humiliait, il n'ouvrait pas la bouche ; comme l'agneau qui se laisse mener à l'abattoir... » (Isaïe 53,7).

Une fois de plus, pour l'évangéliste Marc, les Ecritures s'accomplissent.

- On retrouve ici le lien fréquent que font les évangélistes entre Ancien et Nouveau Testament. Lequel éclaire l'autre ? Les prophètes avaient-ils eu de réelles intuitions en annonçant un Messie souffrant ? Ou la relecture de la vie de Jésus par les premiers chrétiens leur fait-il trouver des similitudes dans l'Ancien Testament ?
On a quelquefois des prémonitions qui se trouvent confirmées par les faits...
L'important est de reconnaître ce lien indubitable entre l'avant , le pendant et l'après Jésus. C'est une seule histoire , l'histoire du peuple de Dieu, notre histoire qui se poursuit encore aujourd'hui où pour nous, l'Evangile a toujours quelque chose à nous dire et induit (ou non) les comportements de ceux qui croient en Jésus-Christ.

- La mort, quelle qu'elle soit, est un passage difficile. D'autant plus difficile quand on se sent seul, c'est le cas de Jésus. Ce sont les cas évoqués aussi, en cette pandémie du printemps 2020, où tant de familles souffrent de la solitude qui s'impose à leurs proches qui décèdent dans le confinement. Dans la foi, au seuil de la mort , cela peut être vécu avec une certaine sérénité, une acceptation de ce qui n'est qu'un passage vers le Royaume de Dieu. Mais les conditions de fin de vie y sont pour beaucoup. Et pour Jésus, on ne peut pas dire que ce passage lui a été facilité. 

Une approche chrétienne de la mort est particulièrement bien évoquée dans le très beau livre :

  • « Un temps pour mourir - Derniers jours de la vie des moines » (Nicolat Diat – Fayard 2018)

                                            
----------------------
  
Jésus est condamné à mort (Marc 15, 6-15

A chaque fête de la Pâque, Pilate libérait un prisonnier, celui que la foule demandait. Or, un certain Barabbas était en prison avec des rebelles qui avaient commis un meurtre lors d'une révolte. La foule se rendit donc à la résidence de Pilate et tous se mirent à lui demander ce qu'il avait l'habitude de leur accorder. Pilate leur répondit : " Voulez-vous que je vous libère le roi des Juifs ?". Il savait bien en effet, que les chefs des prêtres lui avaient livré Jésus par jalousie. Mais les chefs des prêtres poussèrent la foule à demander que Pilate leur libère plutôt Barabbas. Pilate s'adressa de nouveau à la foule : "Que voulez-vous donc que je fasse de celui que vous appelez le roi des Juifs ?" Ils lui répondirent en criant : "Cloue-le sur une croix !" Pilate leur demanda : " Quel mal a-t-il donc commis ?" Mais ils crièrent encore plus fort : "Cloue-le sur une croix !" Pilate voulut contenter la foule et leur libérer Barabbas; puis il fit frapper Jésus à coup de fouet et le livra pour qu'on le cloue sur une croix.

        
  La flagellation   - Abbaye de Tamié 


 
La flagellation fait partie, à cette époque, du rituel  de l'exécution.  Cet épisode est considéré comme un fait historique.

Ce supplice est si dur que parfois les condamnés en meurent. On imagine donc l'épuisement de Jésus au moment de porter sa croix.
Pilate tente par trois fois de dissuader le peuple de crucifier Jésus car rien ne justifie à ses yeux un châtiment aussi sévère. Mais il finira par céder à la pression.

Nous  avons là sous les yeux la condamnation d'un innocent, d'un homme bon qui a donné sa vie à transmettre un message de foi, d'espérance et d'amour.

Peut-être avons-nous   dans nos mémoires d'autres faits contemporains similaires ?
On pense aux 7 moines trappistes de l'Atlas qui furent assassinés... à un prêtre africain tué ces jours derniers, à tant de chrétiens d'Orient mort pour leur foi ...
Oui, le Christ a tout connu de notre vie d'homme : le meilleur dans ses relations familiales et amicales , mais le pire aussi.

           " Notre Père ...pardonne-nous nos offenses,
 comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés..
."

---------------------------------------------

Les soldats se moquent de Jésus (Marc 15, 16-20)

Les soldats l’emmenèrent à l’intérieur du palais, c’est-à-dire dans le Prétoire. Alors ils rassemblent toute la garde,

 ils le revêtent de pourpre, et lui posent sur la tête une couronne d’épines qu’ils ont tressée.

Puis ils se mirent à lui faire des salutations, en disant : « Salut, roi des Juifs ! »

Ils lui frappaient la tête avec un roseau, crachaient sur lui, et s’agenouillaient pour lui rendre hommage.

Quand ils se furent bien moqués de lui, ils lui enlevèrent le manteau de pourpre, et lui remirent ses vêtements. Puis, de là, ils l’emmènent pour le crucifier,

                     

Après avoir été flagellé, Jésus est maintenant tourné en dérision. Les soldats se moquent de ce roi qui semble si peu glorieux. On l'affuble d'un manteau de pourpre et d'une couronne, signes royaux.
Méchanceté, humiliation.

Ces soldats pensent que Jésus ne vaut rien et qu'ils peuvent tout se permettre contre lui. Les apparences sont souvent trompeuses...

Saint Marc souligne avec force les épreuves que subit Jésus et qui au long des siècles donneront courage à tous les martyrs.

Dieu ne veut ni le mal ni la souffrance mais il nous montre ce jour-là qu'il les partage. Ce sera jusqu'à la mort.

Il n'est pas vain de partager dans nos pensées et nos prières les souffrances du monde. Elles peuvent changer le cours des choses. Non pas de façon miraculeuse, mais parce qu'une prière sincère surtout si elle s'associe à d'autres (« là où deux personnes sont réunies en mon nom, je suis au milieu d'eux »), elle peut être puissante et efficace. Elle peut aussi faire « boule de neige », orienter des comportements et des actions bien concrètes.

En cette période d'épidémie, on peut constater combien les actions de quelques-uns sont des témoignages de fraternité et de solidarité qui en entraînent d'autres et sont d'une grande efficacité.

Puissions-nous sortir meilleurs de ces semaines de confinement , qui plus est pour nous chrétiens qui les vivons en cette Semaine Sainte.

 

DG

 A suivre ...

Denyse dans 02 - En ce temps de Carême et de confinement : Réflexions en lisant l'EVANGILE de saint MARC - texte et commentaires- Lecture suivie - Lu 104 fois - Version imprimable
Article précédent - Commenter -

Contact

Par E-mail

.

Mes liens

Voici quelques sites de référence que je vous conseille vivement.

Mes liens