S'identifier


Pour l'amour de Dieu

 Pour l'amour de Dieu

  Anne SOUPA

  Ed . Albin Michel 2020
  224 p.

                         

Ce livre d'Anne Soupa  fait davantage que « bousculer son Eglise ». Il met en plein jour, mais elle n'est pas la première, la hiérarchie catholique face à sa mysogynie et son cléricalisme , face à ses imperfections et ses faiblesses. Anne Soupa revendique donc, pour sortir de ces ornières, qu'une femme, elle-même en l'occurence, prenne les rènes de l'archevéché de Lyon. Dans ce livre, elle justifie cette prise de position inédite.
Les paroles de l'auteur, même si elles sont justes, n'en sont pas moins violentes pour les lecteurs qui ont grandi tant bien que mal mais souvent avec bonheur dans le sein de cette Eglise imparfaite, comme nous le sommes tous. La foi d'aujourd'hui d'Anne Soupa est le fruit de cette Eglise. Comme un enfant se construit avec les qualités et défauts de ses parents. Un peu de reconnaissance aussi n'aurait pas nui.

Un beau fruit sans doute qui part en guerre pour rénover tout çà. Certainement, en ces temps difficiles, il faut avancer et c'est un vrai combat légitime et de longue haleine.

Pour être entendue, cette démarche mériterait un peu plus de compassion pour les prêtres et religieux intègres, et pour les papes aussi qui ne sont pas épargnés . Un état des lieux plus équitable et fraternel aurait équilibré les propos.

Le bilan que fait l'auteur est cependant parfaitement informé, d'une lecture facile mais présente peut-être la problématique homme-femme dans l'Eglise d'une façon excessive. Nous ne sommes pas dans la dynamique politique d'une parité impérative même si Jésus a bousculé lui aussi le peuple en choisissant comme amis et disciples des hommes et des femmes. Où est l'essentiel du message évangélique ? C'est la vie fraternelle, l 'amour de Dieu et des plus pauvres.

Cette mission est pour le chrétien d'une priorité bien plus grande et le Pape François ne ménage pas ses efforts dans ce sens-là.

Chacun est appelé à une place qui lui est propre et celle de l'évêque à laquelle aspire Anne Soupa a la même valeur  pour vivre sa foi que celle d'une catéchiste, d'un missionnaire, d'un diacre ou d'un simple visiteur de malades ou de prison.

Ce qui est sûr, c'est que ce livre met le doigt où cela fait mal . Cerner le mal engendre souvent l'espérance d'une guérison... On peut espérer que les pistes ouvertes par Anne Soupa en deuxième partie de son livre aident les chrétiens à avancer fraternellement... pour l'amour de Dieu.

 DG

 

Mise à jour : Mardi 2 Mars 2021, 10:31
Denyse dans 02- LIVRES - REVUES - Résumés, extraits...2016-2021 - Lu 292 fois - Version imprimable
Article précédent - Commenter - Article suivant -

Contact

Par E-mail

.