S'identifier


Aux racines de la liberté

 Aux racines de la liberté
 Les paradoxes du christianisme

 Timothy RADCLIFFE

 Ed. du Cerf 2019
 197 p

                              

 Timothy Radcliffe est dominicain, ancien Maître de l’Ordre des Prêcheurs.

L’auteur pose d’emblée cette question : «  Quelle différence cela fait-il que nous chrétiens, croyons que tout amour est un partage au sein du vaste mystère de Dieu ? Est-ce que cela change la façon dont nous comprenons ce que signifie aimer ? » (p.10)

Le chrétien n’est cependant pas plus fort en amour que les autres, même s’il le devrait… L’amour nous ouvre à d’autres opinions que la nôtre et cela s’accorde à notre recherche de la vérité. Thomas d’Aquin disait « avoir appris autant de ceux avec qui il était en désaccord que de ceux dont il partageait les opinions. » (p.47). Mais on peut aussi se laisser pièger. « Aelred de Rievaulx mettait en garde les religieux contre « un amour qui, s’adressant à tous, n’atteint personne » (p.54)

 L’auteur conclut avec un humour sympathique qui jalonne son ouvrage : « La voix du bon berger nous tire hors de nos petits enclos pour nous mener dans les vastes pâturages de la vérité » (p.48)

 L’amour de Dieu est à la fois particulier et universel, il s’adresse à chacun et à tous. « L’amour est trinitaire. Il s’ouvre au-delà de la dualité, tout comme l’amour du Père et du Fils s’épanouit dans l’Esprit. » (p.17)

 Illustrant la suite de son propos à partir de la parabole de l’enfant prodigue, il soulève les questions que pose toute éducation : «  Comment exercer le pouvoir si l’on veut assurer la liberté de ceux à qui l’on commande et ne pas leur imposer de contraintes superflues ? «  (p.70)

 Evoquant aussi notre temps de crise : « Il est extraordinaire que tous les dimanches nous nous rassemblions à l’église non pas pour passer un bon moment à faire bombance, mais pour nous rappeler la pire crise de l’histoire chrétienne. C’est la preuve qu’on ne doit pas trembler quand vient la crise. » (p.75)

On ne peut aujourd’hui faire abstractions des graves soucis que connaît l’Eglise . Certains disent : « Au diable, l’Eglise. Moi je resterai fidèle au seul Jésus ! ». Pouvons-nous donc nous sentir chez nous dans l’Eglise ? Comment affronter et réaliser l’unité dans la diversité ? « Notre paradoxe est qu’il appartient à la nature même de l’Eglise de prêcher un message qu’elle ne parvient pas à vivre correctement. » (p.145) Il est clair que ce n’est pas facile à admettre.

On apprécie aussi dans ce livre, l’actualité du discours et les témoignages donnés. L’auteur aborde l’incontournable question de l’immigration au cœur du ministère du Pape François. Il fait bien sûr référence à « Abraham sur le seuil de sa tente » qui accueille trois étrangers…

Sont abordées assez brièvement aussi les questions de la liberté, de la prière, des diverses spiritualités pas toujours liées à une religion, des divorcés remariés, de la miséricorde.

 Ce livre, facile à lire, un peu touche à tout, écrit avec humour et sérieux à la fois, nous interpelle sur bien des questions de nos vies sans pour autant les dramatiser. Ce qui est sûr, c’est que le chrétien a besoin de redonner sens à sa vie sur de bonnes bases, dans la liberté mais aussi l’humilité.

D.G

 

                                                                                           

Denyse dans 01- LIVRES - REVUES - Résumés, extraits... - Lu 276 fois - Version imprimable
Article précédent - Commenter - Article suivant -

Contact

Par E-mail

.

Mes liens

Voici quelques sites de référence que je vous conseille vivement.

Mes liens