S'identifier


Edith STEIN

 Edith Stein

 Bernard Sesé

 Ed. Artège 2017
 161 p.
                                

 Edith Stein (1891-1942) est née en Allemagne dans une famille juive. D’une personnalité hors norme et rayonnante, d’abord séduite par la philosophie – elle sera proche d’Edmund Husserl -  qui la passionnera toute sa vie et qu’elle enseignera, elle va être aussi conquise, dans sa recherche de vérité, par le christianisme.

 La conversion d’Edith est une grande peine pour sa mère, mais Edith va concilier judaïsme et christianisme en expiant d’une certaine façon par sa vie, l’incroyance en Jésus-Christ du peuple juif.

« Edith a cherché la vérité, mais elle a surtout désiré la vivre. En tout, elle a voulu être fidèle à sa conscience, une conscience que l’on pourrait dire scrupuleuse dans  la quête d’une vérité absolue. Ma soif de vérité était ma seule prière », écrivait-elle. (p.9)

Après bien des incertitudes, elle met toute sa confiance en Dieu qui lui « donne calme et force. »

Elle deviendra moniale dans l’ordre du Carmel, sous le nom de sœur Thérèse-Bénédicte de la Croix. La persécution nazie va la poursuivre du carmel de Cologne en Allemagne à celui d’Echt aux Pays-Bas. Elle sera déportée au camp d’Auschwitz-Birkenau où elle trouvera la mort dans une chambre à gaz, avec sa sœur Rosa, elle aussi convertie à la religion chrétienne (p.25)
Edith sera béatifiée à Cologne le 1er mai 1987 par le pape Jean-Paul II. Elle sera canonisée en 1998 à Rome et en 1999, le pape Jean-Paul II proclamera sainte Brigitte de Suède, sainte Catherine de Sienne et sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein) comme co-patronnes de l'Europe.

 Le livre décrit en détail son parcours d’étude philosophique et de phénoménologie, une « manière de penser et de chercher » . Tout cela transparaissait dans sa vie . Son dévouement et sa gentillesse étaient appréciés de tous. Des rescapés du camp d’Auschwitz en témoigneront également. Sa présence tranquille mais souffrante pour les autres, les apaisaient.

Edith Stein laisse de nombreux écrits, souvent ardus mais d’une grande profondeur.

Des encadrés historiques ou biographiques, quelques extraits d’œuvres d’Edith Stein  complètent utilement le texte.

 Extrait. L’homme-Christ  (p.134-135)

Ce qui distingue l’homme-Christ de tous les autres et en fait la tête de l’humanité, ce n’est pas seulement qu’il fut exempt de tout péché mais aussi ce que nous avons voulu exprimer dans la phrase suivante : toute la plénitude de l’humanité était en lui. L’essence spécifique de l’humanité se trouvait en lui pleinement réalisée, et non pas seulement en partie comme dans les autres hommes…La voie de la race humaine part du Christ pour aboutir au Christ. Il crée l’homme selon l’image qu’il a voulu lui-même réaliser autrefois dans sa propre personne.
( Edith Stein – L’Être fini et l’Être éternel )

 

 

 

 

Denyse dans 01- LIVRES - REVUES - Résumés, extraits... - Lu 163 fois - Version imprimable
Article précédent - Commenter - Article suivant -

Contact

Par E-mail

.

Mes liens

Voici quelques sites de référence que je vous conseille vivement.

Mes liens