S'identifier


Marie des Ecritures

 MARIE DES ECRITURES

  Yves-Marie BLANCHARD
  Ed. Salvator, 2021
  157 p.

                       

L'importance que nous attachons à Marie, mère de Jésus, est-elle proportionnelle aux informations que les Ecritures nous donnent d'elle ? L'auteur en fait dans ce livre l'inventaire : évocation (?) dans l'Ancien Testament, faits cités dans le Nouveau Testament, la Femme de l'Apocalypse , sa présence dans les textes apocryphes et même dans le Coran. C'est finalement assez peu. Comment s'explique l'importance de la dévotion à Marie, ses innombrables représentations dans les œuvres d'art ?
Le livre de Yves-Marie Blanchard résume de façon claire l'essentiel des données sûres concernant Marie. C'est une bonne approche. De nombreux autres livres, notamment cités dans la bibliographie, sont là pour complèter notre information et donner à Marie toute l'ampleur qu'elle mérite.

Si discrète soit-elle, Marie occupe une place fondamentale dans le Nouveau Testament et prend de l'importance par la grâce inouïe qu'elle a reçue de Dieu et par son « oui » qu'elle a donné en réponse. Mère de Dieu, femme humble et attentive, elle seule réunit aussi intensément dans sa vie le lien entre la terre et le Ciel. Elle est le modèle parfait de notre humanité tout comme elle est mère de l'Eglise. Au moment de sa mort en effet, Jésus a confié Marie à Jean faisant de lui son fils adoptif. L'Eglise est une famille dans laquelle nous sommes tous frères. Comme le disait avec passion saint Bernard de Clairvaux, nous pouvons confier nos vies à Marie ; elle est, après le Christ, notre plus sûre médiatrice auprès de Dieu.

Les recherches actuelles ont conduit aussi à mieux retrouver la dimension juive de Marie et son enracinement dans le peuple d'Israël.

L'auteur, en scrutant les Ecritures, donne sa juste place à Marie et justifie sans peine le culte marial à travers les siècles.

Pour celui qui cherche Dieu, Jésus a rappelé qu'il fallait passer par lui. Et pour aller à Jésus, le chemin le plus accessible n'est-il pas celui que trace la Vierge Marie ? Les moines ne s'y sont pas trompés chantant chaque soir, avant la nuit, la prière du « Salve Regina ».

«  Salut, reine, mère de la miséricorde, vie, douceur, espérance des hommes... »

DG

Extraits

  •   La première mention d'un point de vue chronologique de la Vierge Marie dans le Nouveau Testament est à la fois d'une extrême discrétion et d'une immense richesse théologique. Il s'agit du texte de Paul dans la lettre aux Galates probablement écrite à Ephèse vers la fin d'un long séjour dans la grande cité asiate ( années 54-57) .

    «  Quand vint la plénitude des temps, Dieu envoya son Fils,né d'une femme, né sous la Loi, afin de racheter ceux [qui étaient] sous la Loi, de sorte que nous recevions la filiation [adoptive]. (p.17-18)

  • L'insistance sur la judaité de Jésus et de sa mère invite à ne pas disqualifier à priori les fidèles de la première Alliance, même si la pointe du discours vise la condition nouvelle offerte aux croyants issus du monde païen. (p.20)

  • Qu'il soit ou non le seul enfant de Marie, Jésus n'a sans doute pas vécu en « enfant unique » comme l'on dit aujourd'hui et comme se plaît à l'imaginer une certaine piété populaire. Bien au contraire, les Evangiles soulignent un enracinement familial au sens large, n'hésitant pas à suggérer au passage la difficulté des relations au sein de la famille, comme il arrive normalement à tout personnage sortant de l'ordinaire. (p.28)

  • D'un point de vue biographique [le récit de Matthieu] impute la responsabilité de la conception [de Jésus] à Dieu lui-même, sous la figure de l'Esprit-Saint, sans pour autant imaginer quoique ce soit du « comment » de cet engendrement singulier. » (p.42)

  • Socialement reconnue comme l'épouse de Joseph, Marie est bel et bien mère d'un enfant venu de Dieu et destiné à servir le projet de Dieu, à savoir le salut du peuple libéré de ses péchés. Plus encore que celui d''Emmanuel, le nom de Jésus suffit à dire le statut unique de l'enfant né de Marie. C'est bien à ce titre que le personnage de la Vierge Marie se tient au cœur de la foi chrétienne confessant Jésus Fils de Dieu Sauveur. (p.43)

 

 

Denyse dans 02- LIVRES - REVUES - Résumés, extraits...2016-2021 - Lu 67 fois - Version imprimable
Article précédent - Commenter - Article suivant -

Contact

Par E-mail

.