S'identifier


 Le discernement des esprits

 Presses de la Renaissance 2016
Collection "Sagesse des Chartreux "
164 p.

                                   

 Pour respecter son désir de vivre caché, ce livre est publié sans nom d’auteur.

 Ce  livre s’adresse plus spécifiquement à des religieux ou à des « candidats » à la vie monastique. Non pas par la complexité du texte qui est très clair mais plutôt par les conseils qui y sont donnés.  Mais toute personne en recherche d’approndissement de sa foi sera intéressée.

Chez le chartreux qui a une vie très solitaire mais cependant vivant en communauté, ce point du discernement est particulièrement important. « Discerner », c’est à partir d’une situation donnée et ce qui l’entoure, savoir distinguer le bien du mal (souvent dissimulé), être suffisamment perspicace pour identifier la voie la meilleure. Une recommandation est faite pour y aider : se faire accompagner par un directeur spirituel et bien sûr se laisser conduire par l’Esprit.

C’est d’abord par la prière que notre vie intérieure se fait de plus en plus docile à l’Esprit. Et c’est par là que l’auteur aborde son livre.

" Outre le don de la grâce,sanctifiante, nous avons reçu, comme partie de l’équipement nécessaire pour vivre notre vie d’enfants de Dieu, une sensibilité nouvelle qui nous ouvre à l’action de l’Esprit."  (p.20)

L’Esprit ne nous est pas extérieur, c’est au contraire notre Maître intérieur qui, pour agir, a besoin d’un silence extérieur, d’un désencombrement de nos préoccupations trop humaines.
Le silence intérieur aussi est nécessaire pour être capable d’ « écoute tranquille du cœur », d’attention, d’abandon . « Notre silence n’est pas quelque chose de négatif, mais une réceptivité positive. » (p.35)

« L’homme de Dieu mérite de devenir, non pas Dieu, certes, mais cependant ce que Dieu est. » (p.42)

L’homme subit de nombreuses influences de toutes sortes en particulier le milieu social et familial laisse des traces indélébiles. Mais il y a aussi des facteurs biologiques, psychologiques, spirituels.

                  * 

 Nous retrouvons toutes ces influences dans la vie du peuple de la Bible qui passera de plus en plus de ce qui lui est extérieur à ce qui lui est intérieur, le Christ signe de contradiction, nous orientant vers le secret des cœurs.

Pour suivre le Christ ou plutôt marcher avec lui suppose de discerner les signes opérés par Jésus, ce qui n’est donné qu’aux « pauvres et aux simples ». Ce sont bien des caractéristiques de la vie cartusienne mais aussi du choix à faire par tout chrétien. « C’est quand je suis faible, qu’alors je suis fort » proclame saint Paul qui aime juger l’arbre à ses fruits.

On peut distinguer trois critères principaux de discernements (p.55)

-         La vérité dans notre attitude envers Jésus.

-         La puissance de l’Esprit qui dépasse la sagesse humaine.

-         L’amour, fruit de l’Esprit : patience, bonté,bienveillance, foi, douceur, maîtrise de soi.

«  Le signe auquel tous nous reconnaissent pour les disciples de Jésus, c’est l’amour que nous avons les uns pour les autres »    (Jn 16, 13-14)

 « Entre ce que vous croyez et votre manière d’être et de faire, y a-t-il cette correspondance parfaite qui est votre vérité la plus profonde ? »
A chacun dans le secret de son cœur de répondre à cette question.

 Dans une deuxième partie, l’auteur s’adresse plus directement à ses frères et sœurs relatant notamment l’expérience des premiers moines, les Pères du désert s’étant beaucoup préoccupés du problème du discernement. Etroitement lié à la « discrétion » (sens de la mesure et du juste milieu)

 Il faudra lutter contre les passions, les purifier. L’auteur présente des exemples  (impureté, tristesse, acédie, colère, orgueil …) et même des remèdes

Les ruses de « l’Adversaire » sont clairement dites et ne sont pas inutiles à relire.. Le moine chartreux, auteur de ce livre nous propose un tableau comparatif concernant nos attitudes les unes bonnes, les autres mauvaises. On s’y reconnaîtra sans doute.

              *                                

 « L’homme est plus que l’homme. Il se réalise en se dépassant. Mais il est une créature marquée par le déréglement du péché. Il doit donc lutter longuement et patiemment pour mettre de l’ordre dans l’anarchie de ses désirs, et unifier son être dans la poursuite d’un noble idéal, perçu par son intelligence. Pour nous, il s’agit de l’idéal évangélique saisi dans la lumière de la foi, qui nous presse de vivre selon l’amour et la vérité du Christ, dans l’espérance de l’immortalité en Dieu .»

                                         *      

 

DG
* ©DG – Chartreuse de Sélignac (Ain)

Mise à jour : Lundi 28 Décembre 2020, 19:57
Denyse dans 11 - ARCHIVES - Recensions LIVRES (avant 2016) - Lu 554 fois - Version imprimable
Article précédent - Commenter - Article suivant -

Contact

Par E-mail

.