S'identifier


Dimanche 15 Octobre 2017

Evangile du dimanche 22 octobre 2017

 Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu, 22, 15-21

 En ce temps-là, les pharisiens allèrent tenir conseil pour prendre Jésus au piège en le faisant parler. Ils leur envoient leurs disciples, accompagnés des partisans d’Hérode  : « Maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le cheminde Dieu en vérité ; tu ne te laisses influencer par personne, car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens. Alors, donne-nous ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? » Connaissant leur perversité, Jésus dit : « Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? Montrez-moi la monnaie de l’impôt. » Ils lui présentèrent une pièce d’un denier. Il leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? » Ils répondirent : « De César. » Alors il leur dit : « Rendez-donc à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. »

                                                    

 Les pharisiens, hommes instruits, ne sont guère convaincus par le témoignage de Jésus. Leur cœur est fermé. Ils ne cherchent pas à mieux comprendre mais à prendre Jésus en défaut. Ils se concertent même pour le piéger. Ils ne se dérangent même pas personnellement mais envoient des disciples qui, à la bonne école de leurs maîtres commencent à flatter l’adversaire pour l’affaiblir, pensent-ils. En fait, les compliments adressés sont fort bien vus.

On dit souvent que des paroles médisantes sont révélatrices de la personne qui les prononce. Aussi quand ils disent : « Ce n’est pas à l’apparence que tu juges les gens », ils se reconnaissent eux-mêmes comme des trompeurs. C’est une vraie question-piège qu’ils posent à Jésus. En effet, si Jésus dit de ne pas payer l’impôt à César, ils vont le dénoncer. Si Jésus dit de payer l’impôt, on pourra l’accuser de collaborer avec les Romains, ce qui va le discrèditer aux yeux du peuple.

  Et c’est bien la perspicacité de Jésus qui sait aussi lire dans les cœurs qui va déjouer les plans des serviteurs.

Scandalisé par leur mauvaise foi , Jésus se fâche et bien sûr va les remettre à leur place, ne leur donnant pas tort en ce qui concerne l’impôt dû à César puisqu’on doit obéir à ses ordres. Comme nous devons, nous-mêmes, obéir aux lois. Mais s’il faut rendre à César ce qui est à César, il ne s’agit pas de le traiter comme un dieu qu’il n’est pas, même si lui-même se considérait comme tel. A l’époque où Matthieu écrit son Evangile –dans les années 80 – de nombreux martyrs ont payé de leur vie leur fidélité à Dieu seul.

         *   
                Dieu au coeur de la vie - Toile au point de croix
                           Ecomusée des Ardennes 

Dans ce texte, Matthieu nous invite à faire clairement la part des choses, entre ce qui est du monde et ce qui est de Dieu. L’amour de Dieu dépasse infiniment tout service humain, politique, social, familial… C’est Dieu lui-même qui met dans le cœur de l’homme, l’amour véritable. Ne nous trompons pas de valeurs : celles à court terme plus tentantes parfois et celles à long terme qui demandent confiance, persévérance et espérance.

Sans oublier pourtant que le Royaume de Dieu se réalise déjà sur terre par nos œuvres de fraternité, mais en vue d’un plus grand bien.  Notre vrai roi, c’est le Seigneur !

 En ce dimanche où s’achève la semaine missionnaire mondiale, nous avons au cœur de notre monde à transmettre la Bonne Nouvelle de l’Evangile laissant libre chacun de l’accueillir ou non. Mais apporter le bonheur à ses frères ne trompe pas les cœurs purs !

Soyons de même accueillants à toute parole ou geste bienveillants. L’unité véritable se construit non dans l’uniformité mais dans la beauté de la diversité. Une famille unie n’est pas constituée de personnes qui se ressemblent mais d’adultes et d’enfants, de grands, de petits, de blonds et de bruns, d’intellectuels, d’artistes et de travailleurs manuels, d’actifs et de contemplatifs…

                        Chantez au Seigneur, terre entière
                       Racontez à tous les peuples sa gloire
                       A toutes les nations, ses merveilles !
                                                                                       Ps 95

DG
© D.G

 

Mise à jour : Lundi 16 Octobre 2017, 20:08
Denyse - rubrique 01- EVANGILE DU DIMANCHE (commentaire) - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Samedi 14 Octobre 2017

                     
         

            Champ de colza - Lorraine - octobre 2017      © D.G

 


              Sur ce blog, nouveaux articles  

               ( sept. - octobre 2017  )

   ¤ 01- Commentaire d'EVANGILE et textes du DIMANCHE
             Parole de Dieu, paroles de vie

       - Evangile du dimanche 22 octobre 2017 : " Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu !"
         

        - Evangile du dimanche 15 octobre 2017 : " Le Royaume des Cieux est comparable à un roi qui célébrait ses        noces..."
         - Evangile du dimanche 8 octobre 2017 : Dieu confiera-t-il sa vigne à d'autres vignerons ?
         
         - Evangile du dimanche 1er octobre 2017 : " Mon enfant, va aujourd'hui travailler à ma vigne."
         
       
  - Evangile du dimanche 24 septembre 2017 : " Mes pensées ne sont pas vos pensées . "
       

    ¤- 02 - REGLE de SAINT BENOÎT

      -  RB 13, 12-14 , lue le 17 octobre
     
     
-  Prologue , lu du 1er au 7 septembre : Ecoute ...
     

      -  RB 56, lue le 9 août : La table de l'Abbé

     -  RB 39-40 , lue le 18-19 juillet : De la nourriture et de la boisson
      

      - RB 18 : lue le 22 juin : Prier les psaumes
               
      - RB 7 : lue en juin 
: De l'humilité


      - RB 73, lue le 30 avril : Epilogue

 
    - RB 46 , lue le 26 mars : Nos manquements
     
 
      - RB 7, 56-61 , lue le 6-7-8 février :
De l'humilité

     
 
   ¤- 03 -  SAINT BERNARD de CLAIRVAUX 

            ~ 030 - Sermons sur le Cantique (lecture suivie - Extraits choisis)
            
            Sermon 51 sur le Cantique : v. 2 - 4 - 5 - 9 - 10
            Sermon 52 sur le Cantique : v. 1 - 2 - 5 - 6
            Sermon 53 sur le Cantique : v. 2 - 5 - 7
            Sermon 54 sur le Cantique : v. 8 - 9 - 10
            Sermon 55 sur le Cantique : v. 4
            Sermon 56 sur le Cantique : v. 1 - 4 - 5 - 6 -
            Sermon 57 sur le Cantique :                                     
                         
 v.1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 11
       
    Sermon 58 sur le Cantique : v. 2 - 6 - 7

                                                    
 ¤- 04 -  Revues de spiritualité monastique (cisterciens)

             + Collectanea cisterciensia n°1- 2017
                "Temps et vie spirituelle"

                         

           


 ¤ 05- Revue "Le Monde de la Bible" : Les Arabes chrétiens
            et chrétiens d'Orient.

           

 
  - 07- Recensions de LIVRES et revues (notre avis) :
                            ANNEE  2017

     - M pour Mabel
         Helen MacDONALD
          Editions Fleuve, 2016

     
  -  Saint  Benoît
       Jacques de GUILLEBON

 Coll. Les grandes figures de la spiritualité chrétienne
 Livre +  CD (textes lus par Michael Lonsdale)
 Ed. Presses de la Renaissance, 2016

    

Sur les monts du Caucase

 Dialogue de deux solitaires sur la prière de Jésus

 Hiéromoine HILARION (Domratchev)

 Préface du métropolite Hilarion de Volokolamsk

 Traduit du russe par Dom André Louf

 Editions des Syrtes 2016

           

 - Laisse Dieu être Dieu en toi
   Petit traité de liberté intérieure

  Jean-Marie GUEULLETTE
  Ed. du Cerf – Points Vivre – Rééd. 2016

  
 
 
- Martin Luther
    Son cheminement, sa conversion et ses convictions

    William CLAYTON
      Editions CLC France, 2017

         

 ♥♥♥♥
  ♥♥♥♥   ♥♥♥♥
 
Le Chemin du cœur – L’expérience spirituelle d’André Louf (1929-2010) 
 Charles WRIGHT

 Ed. Salvator, 2017

    

  -  
Dom Lambert Beauduin, visionnaire et précurseur (1873-1960)
       Un moine au cœur libre

      Jacques MORTIAU – Raymond LOONBEEK
      Editions du Cerf - Histoire, 2005
      Editions de Chevetogne

             

 - Une vie simple
 [Rencontre avec la communauté monastique d’Enzo Bianchi ]
  Alexis JENNI – Nathalie SARTOU-LAJUS
  Albin Michel, 2017

           

 
- Manipulateurs
     Les personnalités narcissiques – Détecter, comprendre, agir

    Pascal IDE
    Editions Emmanuel, 2016

      

- La vie plus forte que la mort
 
Un mois avec des chrétiens en Syrie

  Yaël Jeanblanc
     Ed. EdB 2017
                

 -
Kabuliwallah
  Rabindranath TAGORE

 
       

 - Le Jardin des sens
   Nathalie NABERT
   Editions Albin Michel, 2011
 
         

  - Jésus est-il vraiment ressuscité ?
     Bernard LEGRAS

   Préfaces de J.C Petitfils et de Mgr J.L Papin
   Editions Pierre Téqui, 2015


    


- La Force du silence
  contre la dictature du bruit
 
Cardinal Robert SARAH
   Ed. Fayard , 2016
     
      

- Grains de sel
   Pasteur James WOODY

   Ed. Actes Sud « le souffle de l’esprit », 2016
 
            


- En pleine lumière - Carnets spirituels
 
 Christiane Rancé

  
Ed. Albin Michel 2016
             
                  
                           
               
                     ANNEE 2016 


- Lettre à ma belle-fille catholique pour lui expliquer le protestantisme

    Antoine NOUIS
    Ed. Labor et Fides, 2016

   

- Sagesse cistercienne
   900 ans de fécondité spirituelle
   Dom Olivier QUENARDEL

   Abbé de Cîteaux
   Ed. Médiaspaul, 2016

- L’Evangile de Luc
 Mon ABC de la Bible
  Luc Devillers
  Cerf  2016

     

- Les paraboles de Jésus
   
Un trésor à redécouvrir
  Jean-Pierre PREVOST

  Ed. Bayard 2016

-  Petit pays (Roman)
    Gaël FAYE
     Ed.Grasset, 2016 

            

- Règle de saint Benoît
  Texte intégral et introduction
 
Dom GUILLAUME, moine cistercien trappiste
  Ed. Salvator 2016


     

-  Le grand méchant renard
    Benjamin RENNER

     Ed.Delcourt 2015
       

♥♥  Le Grand méchant renardNouvelle édition oct.2016 : livre cartonné et augmenté (251p.) d'une deuxième histoire : "Il faut sauver Noël"

 -  Athos, la Sainte Montagne
   Ferrante FERRANTI
   Ed. Desclée de Brouwer, 2015

      


   - Le Discernement des esprits

      Presses de la Renaissance, 2016
      Collection "Sagesse des Chartreux

            
 
 - Cette obscure clarté

     Colette NYS-MAZURE
     Ed. Salvator 2015

 - La passion du livre au Moyen-Âge

    Sophie CASSAGNES-BROUQUET
     Ed. Ouest-France 2015

    


  - La Nuit
     Elie WIESEL

      Editions de Minuit -  publié en 1957, réédité en 2007.
      Réédition 2015  – Coll. de poche n°42
     

                    * 


 - Petit traité savant de la coccinelle
   Textes et photos Henri JOANNET
   Ed. Equinoxe 2016

     
 

- Trousse spirituelle des premiers soins
  Jean-Paul Simard 
   Médiaspaul, 2016

- Pourquoi je suis moi ?
  Les grandes questions sur l’être humain éclairées par un regard chrétien.
  Editions Bayard Jeunesse 2013 – Collection filotéo.
  135 p.
   Documentaire à partir de 8/10 ans.


 

 - Tibhirine, l'héritage
 
 Préface du Pape François
   Direction d’ouvrage : Christophe Henning
   Bayard Editions, 2016

          

 - Trouver le juste équilibre
   Vers une vie épanouie

   Anselm GRÜN
    Ed. Médiaspaul, 2016

 - Dieu est amitié
    La spiritualité d’Aelred de Rievaulx

      Xavier MORALES
       Editions Salvator, 2016 – Petite bibliothèque monastique

  - La République, l'Eglise, l'Islam
    Une révolution française

    Rachid BENZINE – Christian DELORME
    Editions Bayard, 2016

- L'Islam
  Michel Reeber
 
Les Essentiels Milan, 2013
  (Rubrique Livres 071, sur ce blog)

   

- Petit traité de la prière silencieuse
  Jean-Marie Gueullette
  Albin Michel, nouvelle édition 2015

L’Abbaye de Clairvaux 
   Le corps et l’âme 

   Didier CONVARD – Eric ADAM – Denis BECHU 
   Ed. Glénat, 2015 BD – 47 p.

           

Histoire de la Syrie
   1918 à nos jours

   Xavier BARON
   Editions Tallandier, 2014

 
-  La Miséricorde
    Notion fondamentale de l’Evangile – Clé de la vie chrétienne.
   Cardinal Walter KASPER
   Editions des Béatitudes, 2015

-  Le Visage de la Miséricorde
   Bulle d'indiction de l'Année Sainte de la Miséricorde
   Pape FRANCOIS
   Editions Salvator 2015

 
                                   ANNEE 2015

  -  L'Âme du monde 
     Frédéric LENOIR
     Pocket 2015

   - La Méditation
     Fabrice MIDAL
     PUF 2014 – Coll. Que sais-je ? 

   - Revue " Le Monde de la Bible" n° 214 – sept-oct-nov.2015
     Mourir pour Dieu dans le judaïsme, le christianisme, l'islam.

   - L’Avenir de Dieu    
    Jean DELUMEAU
     CNRS - Editions 2015

 Trois figures féminines dans la vie de saint Benoît
    Frère Michael Davide SEMERARO
    Vie monastique n°49 - Abbaye de Bellefontaine  

 - Petite introduction à l'islam
   Pierre CLAVERIE
    Ed. Cerf, 2010

Méditer avec saint Bernard 
   Une pensée par jour. 

Introduction à la vie priante
  Dom Olivier QUENARDEL, Abbé de Cîteaux
  Entretiens avec Véronique Dufief - Préface du Frère Aloïs, Prieur de Taizé.
   Ed. L’Echelle de Jacob, 2011

-  ♥ Le P’tit Bonhomme des Bois
   Pierre DELYE – Martine BOURRE
    Didier Jeunesse, 2008
    Un GRAND livre pour les petits (2-6 ans)

 - Le Monde de la Bible
   Histoire, art, archéologie
   N°213 : juin-juillet-août 2015
    "Paradis perdus, promis"

 Vie des moines au Moyen-Âge
   Maurice MEULEU 
  Editions Ouest-France, 2014

 - La Règle de saint Benoît - Chemin de vie pour les laïcs
   Pierre-Alban DELANNOY
   Albin Michel, 2015

 - Saint Bernard, dernier Père de l’Eglise
   Thomas MERTON , moine cistercien
   Editions Salvator 2014

 - Le Patrimoine juif en France - Synagogues et lieux de mémoire
   Textes et photographies de Charles SZLAKMANN
    Editions Ouest-France 2013

 - Le prêtre et l’imam
   Entretien avec Antoine d’Abbundo
   Christophe ROUCOU – Tareq OUBROU
   Préface du cardinal Jean-Louis Tauran
   Ed. Bayard 2013

 - Méditations au silence - Trente jours à l'écoute des chartreux
   Nathalie NABERT
   Ed. Medispaul,  2014

 Thérèse d'Avila, de la crainte à l'amour
   Jean-Jacques ANTIER
    Ed. Perrin, 2003

 - La Passion de Thérèse d'Avila
   Christiane RANCE
   Ed. Albin Michel 2015

 Les moines ont-ils encore un avenir ?
   Armand VEILLEUX, moine cistercien trappiste
   Ed. Salvator 2014

  - Dieu au vif - Sur le chemin où Tu m'espères
    Colette NYS-MAZURE
    Ed. Médiaspaul 2014

 - Assise - Une rencontre inattendue
   François CHENG
   Albin Michel , 2015

  -  Les Juifs et la Bible
    Jean-Christophe ATTIAS
     Ed. Fayard 2014

 
                 ANNEE 2014


Franc Parler du christianisme dans la société d'aujourd'hui
  François BOESPFLUG-  Entretiens avec Evelyne Martini
  Ed. Bayard 2012

 
Saint Séraphim de Sarov, le Flamboyant
   Pavel TOUJILKINE
  Ed. Salvator, 2014

 
- Jean VANIER - Portrait d'un homme libre
    Anne-Sophie CONSTANT 
   Albin Michel 2014

 Le bouddhisme, une philosophie du bonheur ?
   Philippe CORNU
   Editions du Seuil, 2013

20 clés pour comprendre  le judaïsme
   Editions Albin Michel 2013 (format poche)

Et n’oublie pas d’être heureux.
  Abécédaire de psychologie positive.
  Christophe ANDRE
  Ed. Odile Jacob, 2014

Quand Dieu ne répond pas 
  Une réflexion biblique sur le silence de Dieu
  Pierre COULANGE
   Ed. du Cerf , 2013

L'extraordinaire originalité du christianisme
 
 Guillaume JEDRZEJCZAK, 
moine cistercien trappiste
  Edition Salvator, 2014

  - Abbaye Notre-Dame de Cîteaux (Côte d'Or)

     - un livre : Abbaye Notre-Dame de Cîteaux - 
                       Haut lieu de spiritualité vivante.
     - un DVD : Cîteaux, un arbre de vie

Prière et vie spirituelle -
 
Textes des Pères syriaques

  Sébastian BROCK
  Ed. de l'Abbaye de Bellefontaine, 2011 - Spiritualité orientale n°90

- Nouveaux styles d'évangélisation
  Enzo BIANCHI
  Editions du Cerf, 2013

- La presqu'île interdite - Initiation au Mont-Athos
  Alain DUREL
  Albin Michel,2010 - Réédition en poche, 2013

 VLADIMIR  GHIKA, Professeur d’espérance
  Francisca BALTACEANU – Monica BROSTEANU
  Ed. du Cerf 2013

 
                            Année 2013

 - Ecrits spirituels 
   Frère Raphaël Arnaiz BARON
   Editions du Cerf, 2008

 - Hildegarde de Bingen - La puissance et la grâce
    Lucia TANCREDI
    Nouvelle Cité, 2012

 - Lire les Evangiles au temps de l'Avent et de Noël
   Raymond E. BROWN
   Ed. Cerf, 2008

 - Magnificat - Action de grâce de Marie
   René LAURENTIN
   Ed. François-Xavier de Guibert, 2011

- 50 clés pour comprendre Marie
  Editions Bayard, 2010

 - L' Ancien Testament pour les nuls
   Eric DENIMAL
   First Editions, 2011

 - La messe de tout le monde
   Sans secret, ni sacré, ni ségrégation.
  Jean-Noël BESANCON
  Cerf, 2009

- Un moine comtois à pied vers Notre-Dame des Ermites
  (Einsiedeln, Suisse)
  Frère Benoît, moine de Notre-Dame d’Acey
  Ed. L’Harmattan, 2013

- Entretiens - Saint Bernard de Clairvaux - Un homme d'aujourd'hui
 Textes recueillis et présentés par J.F. FYOT (Arccis)
  Editions du Signe 2012

 Les Cisterciens Fr.Luc BRESARD 2013

Les Bénédictins - P. Philippe ROUILLARD - 2012
  Editions Jean-Paul Gisserot

 - Vivre de la spiritualité cistercienne
   Fr. Hervé BRIAND - Sr Gaëtane DE BRIEY
   Editions du Signe, 2010

 - La confrérie des moines volants (roman)
  Metin ARDITI -
  
Editions Grasset 2013

 - Cîteaux, une forêt, un monastère
  Florence ZITO, frère PLACIDE, frère MICHEL
  Editions de l'Armançon, 2012

 - Cet Amour que le monde oublie
   Inès DE WARREN 
   Editions Salvator, 2013

 - Saint Anthelme, un chartreux devenu évêque
    Guillaume d'ALANCON
    Ed. Artège, avril 2013

 - La symbolique du repas dans les communautés
   De la Cène au repas monastique
  Jean-Claude SAGNE

  Editions Cerf, 2009

- Le XIX° Grand siècle des religieuses françaises
  Gérard CHOLVY
  Artège Editions 2012

- La Vierge – Femme au visage divin.
  Sylvie BARNAY
  Ed. Découvertes Gallimard  2006 (1ère édition 2001)

Huit saints pour notre temps
  Michel EVDOKIMOV
  Editions DDB 2012

 - Même la nuit quand je dors 
  (La mort d'un fils)
  Anne DODEMANT
  Albin Michel 2013

 - Histoire de la solitude et des solitaires
   Georges MINOIS
   Ed. Fayard, 2013

 - De tout coeur - Sur l'avenir chrétien de notre temps.
  Dom SAMUEL
  Editions Ad Solem, 2011

 - Sauver nos vies 
    Nathalie SARTHOU-LAJUS
   Ed. Albin Michel 2013

 - Congo - Une histoire
   David VAN REYBROUCK 
   Actes Sud 2012-Prix Médicis Essai 2012

 - La Pâque de Jésus 
   François VARILLON
   Editions Bayard-Centurion, 1999

 - Commentaire sur le Cantique des cantiques
   Thomas le cistercien
    Editions Val Notre-Dame, 2011 - Pain de Cîteaux 31-32

 - La terre comme soi-même - Repères pour une écospiritualité.
   Michel Maxile EGGER
   Editions Labor et Fides, 2012

 - Les abbayes des Vosges 
   Damien PARMENTIER
   Editions Serpenoise, 2012

                           

                   Année 2012

 - L'enfance de Jésus. - Joseph Ratzinger, Benoît XVI 

 - Dans le secret et l'amitié des moines. - Michel Cool

 - Les questions des tout-petits sur la mort -  Marie Aubinais

 - Les grandes énigmes du Credo -  Alain Houziaux

 - Lettre à un ami sur la vie spirituelle. -  Henri J.M. Nouwen

 -  L'Evénement VATICAN II -  John W. O'MALLEY 

 - Qu'est-ce que mourir ? - J.C Ameisen - D. Hervieu-Léger - E.Hirsch

 - Quel bonheur d'être croyant ! Vie religieuse en terre algérienne
   Pierre Claverie

 - Saint François d'Assise - Le retour à l'Evangile -   Eloi Leclerc

 - Mémoires des Juifs de Roumanie - M. Chebana - J. Mercier Mure-Ravaud
 
- Jeunesse du sacré - Régis Debray
  
- Chroniques de Jérusalem - Guy Delisle

- Et reposez-vous un peu - Un séjour en Israël - Christophe Mory

- Clairvaux, état des lieux
  Textes de Virginie Bianchiet de Jean-François Leroux-Dhuys
  Photographies de Pascal Stritt

- Premières questions sur la liturgie.- Michel Wackenheim

- Jésus . - Jean-Christian Petitfils

-  Au risque de Jésus-Christ- Une relecture des vœux - 
Simon-Pierre Arnold

 Les Trente-six vues du Mont Fuji - Hokusaï

L'Engagement de l'Afrique - Africae Munus - Benoît XVI

-  La Voie spirituelle des chartreux - Tim Peeters 

- Héroïnes de Dieu - Epopée des religieuses missionnaires au XIX°s.
   Agnès BROT – Guillemette de La Borie -

Répondre par des actes - Sur la vie monastique -  Frère Bruno, de Tamié -

-  Une vie donnée à Dieu et aux hommes (BD)
    Les moines de Tibhirine-Fès-Midelt -

- Personne ne te croira - Danielle Scherer

- Vanité des vanités - Méditations au désert - Daniel Duigou

- La pensée des images - Entretiens sur Dieu dans l'art  
  François Boespflug

Le Désir de tourner la page - Au-delà du pardon - Lytta BASSET -

 -  Sermons de Guerric d'Igny - Lus par Frère Bernard-Joseph Samain 

Le langage secret des églises et des cathédrales - Richard Stemp  

Saint Bernard de Clairvaux : dans Hors-série revue "Histoire et religions", 2011

 - Au coeur de notre foi chrétienne - Le Credo - Cardinal Christophe Schönborn

Mise à jour : Lundi 16 Octobre 2017, 12:28
Denyse - rubrique 00 - Nouveaux articles - Sommaire livres recensés 2012-2017 - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Mardi 10 Octobre 2017

Règle de saint Benoît - ch.13, 12-14 , lue le 17 octobre

 Règle de saint Benoît – ch.13, 12-14lue le 17 octobre

 Les laudes (prière du matin) et les vêpres (prière du soir) ne s’achèveront jamais sans qu’à la fin la prière du Seigneur soit dite intégralement par le supérieur, de façon à être entendue de tous, à cause des germes de discorde qui pointent couramment. De la sorte, engagés par la promesse qu’ils font dans cette prière en disant : « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons », ils se purifieront de ce genre de faute. Aux autres offices, seule la dernière partie de la prière sera dite à haute voix, pour que tous répondent : « Mais délivre-nous du mal. »


          
          Le bénédicité - J.B Lallemand (18°s.)
              Musée de Brou  
© D.G

Autrefois dans les familles, c’était le chef de famille qui, à table en particulier, récitait la prière en début de repas (le bénédicite). Il faisait  aussi une croix sur le pain qui allait être partagé. Ce n’est qu’après cette prière qu’on pouvait s’asseoir et manger. Le « Notre Père » pouvait aussi être dit par le père ou la mère. Les enfants  écoutaient et finissaient à leur tour par le savoir aussi. C’était une habitude quotidienne ou hebdomadaire qui faisait tout naturellement partie de la vie.

Il n’est donc pas surprenant qu’au monastère, à l’époque de Benoît, ce soit le supérieur qui prononce seul la prière conclue par tous. Cela se pratique d’ailleurs encore ainsi dans certains lieux. Cette prière que Jésus lui-même a appris à ses apôtres se nomme la Prière du Seigneur, prière des chrétiens par excellence qui, matin et soir, s’en remettent à Dieu. Si nous ne savons pas comment prier, voilà la plus belle et la plus simple prière qui peut envelopper notre journée, la sanctifier. Comme dit Benoît, elle nous engage aussi. C’est dans ce sens où la prière agit dans nos vies . Il faut donc prendre le temps d’intégrer chaque mot. Par exemple, centrer notre attention sur un mot diffèrent chaque jour et voir au fil de la journée comment le concrètiser. En tous cas, que notre prière, que nos demandes et que nos promesses ne soient pas que des mots mais viennent du cœur et soient réellement mis en pratique.

« Donne-nous aujourd’hui notre pain … » : aujourd’hui, j’aurai peut-être l’occasion de partager quelque chose avec quelqu’un, ou de m’intéresser davantage à l’étranger sans toit et sans pain…

« Pardonne-nous nos offenses… » : c’est déjà reconnaître nos erreurs , puis en demander pardon. L’humilité n’est généralement pas notre fort. Voilà un bon exercice spirituel qui devrait porter des fruits.

«… comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés » : pardonner n’est pas une démarche facile mais c’est très libérateur . Le Christ nous a montré jusqu’où peut aller le chemin du pardon.

Réciter chaque jour le Notre Père peut être un vrai chemin de conversion.

A noter 

La dernière version du Notre Père datait de 1966. Elle avait été adoptée de manière œcuménique par les Églises luthériennes et réformées de France ainsi que par l’Église orthodoxe.

En mai 2016, au terme de leur synode annuel, les membres de l’Église protestante unie de France (Epudf) ont de leur côté, recommandé à leurs paroisses, par souci « œcuménique », d’utiliser la nouvelle version, « ne nous laisse pas entrer en tentation.» . C’est à partir du 3 décembre 2017 (premier dimanche de l’Avent) que sera prononcée la nouvelle version commune aux chrétiens.

Notre Père qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation,
[Jusqu'au 3 décembre 2017 : "Et ne nous soumets pas à la tentation"]
mais délivre-nous du Mal.

DG 

 

 

 

 

Denyse - rubrique 02 - REGLE de SAINT BENOÎT ( commentaires) - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Samedi 07 Octobre 2017

Evangile du dimanche 15 octobre 2017

 Evangile selon saint Matthieu 22, 1-14

Si nous sommes un tant soit peu engagés dans une association ou un groupe , qui n’a pas connu un jour ou l’autre, les laborieux préparatifs d’une journée prévue festive, accueillante, organisée dans ses moindres détails pour plaire, intéresser et distraire ? Et le jour venu, chacun est à son poste mais les invités se font rares ou ne font que passer rapidement, sollicités (ou non) ailleurs. Certaines manifestations attirent les foules, d’autres peinent à intéresser. Le bilan du soir semble parfois décevant… Où est le problème : du côté des invitants ou du côté des invités ?

                  

 « Le royaume des Cieux est comparable à un roi qui célèbrait les noces de son fils. Il envoya ses serviteurs pour appeler à la noce les invités , mais ceux-ci ne voulaient pas venir. Il envoya d’autres serviteurs dire aux invités : «  Voilà : mon repas est prêt, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgées : tout est prêt : venez au repas de noce ». Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ; les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent. »

 Dans nos choix, où sont nos priorités ? Quels sens ont encore nos dimanches où les églises sont désertées ? Il ne s’agit pas de regretter un passé révolu. Mais des questions méritent d’être posées pour alerter, recadrer, ajuster.

                 

 Le Seigneur nous invite : Venez ! Venez !

Est-ce que je veux venir à la rencontre du Christ ? Est-ce que je ne tiens aucun compte de cet appel ? Est-ce que j’empoigne ceux qui m’invitent et leur dis plus ou moins violememment de me laisser tranquille ? De quoi ai-je donc peur pour faire taire ainsi cette Parole qui m’invite, pour abandonner un ami (Dieu ou un frère) qui m’attend et espère de moi quelque chose ?

Nous nous trompons de cible parfois en vrais kamikases.

Le roi de la parabole réagit violemment, comme on imaginait Dieu autrefois, Dieu terrible et vengeur face au péché et à l’infidélité des hommes.

 «  Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et brûla leur ville. Alors il dit à ses serviteurs : « Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes. »

                

 Dieu est tendre et miséricordieux et il nous invite sans relâche à sa table. En mettant le Christ en croix pour le faire taire, les hommes signent eux-mêmes leur arrêt de mort. Ils refusent la vie que propose la Bonne Nouvelle, vie fraternelle et éternelle.

Ceci dit, les chrétiens n’ont pas le monopole d’une vision unique de ce que Dieu attend. Les dialogues œcuméniques (entre chrétiens), inter-religieux et inter-culturels le prouvent par la richesse de leurs échanges.

                         

 Cependant, l’Eglise s’efforce de mieux entendre aujourd’hui le message évangélique qui n’est pas d’accueillir une élite mais particulièrement les pauvres. Eglise qui, comme dit le Pape François n’est pas un « poste de douane » où il faut montrer ses papiers (baptisé ? confirmé ? non divorcé ? alors…entrez !) mais un peuple de croyants qui sort de ses temples pour aller vraiment au cœur du monde.

 «  Allez aux croisées des chemins : Tous ceux que vous rencontrerez, invitez-les au repas de noce. » Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils rencontrèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noces fut remplie de convives. »

            Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien…
                     Tu prépares la table pour moi…
 Grâce et bonheur m’accompagnent tous les jours de ma vie ;
                   J’habiterai la maison du Seigneur
                       pour la durée de mes jours.
                                                     Ps 22
DG

© D.G

Denyse - rubrique 01- EVANGILE DU DIMANCHE (commentaire) - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Dimanche 01 Octobre 2017

Evangile du dimanche 8 octobre 2017

 Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 21, 33-43

Dieu confiera-t-il sa vigne à d’autres vignerons ?

    
     Ubexy (Vosges)

 Cette parabole contée par Jésus pourrait être facilement transposable dans notre monde d’aujourd’hui où les délits s’observent à tout niveau et où les crimes comme règlements de compte ne font pas peur à certains.

Jésus donc, s’adressant à ces spécialistes de la Loi que sont les grands prêtres et les anciens, leur soumet une sorte de fait divers dramatique où des vignerons sans scrupules tuent des serviteurs venus chercher, pour le propriétaire, le produit de sa vigne, n’hésitant pas à tuer  même le fils . Une vigne pourtant élaborée avec soin et amour par son propriétaire qui, pendant qu’il s’absente, va faire confiance à ses gérants.

- Eh bien !, demande Jésus à son auditoire, quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ?
 On lui répond :
- Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d’autres vignerons, qui lui en remettront le fruit en temps voulu.

                       

A l’écoute de cette histoire, nous aurions sans doute répondu aussi que justice soit faite.

On peut déjà remarquer que personne parmi les auditeurs ne songe certainement à se positionner du coté des vignerons malfaisants mais bien du coté des justes scandalisés, prêts à faire payer œil pour œil et dent pour dent ces crimes odieux. Jésus a l’art de conter des histoires où des conclusions s’imposent…

Mais tel est pris qui croyait prendre… Nous ne sommes pas à l’abri non plus …

Jésus leur dit :
- N’avez-vous jamais lu dans les Ecritures ( livre d’Isaïe) : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant vos yeux !

Quel rapport avec l’histoire des vignerons homicides ?

Dans le monde créé avec soin et amour par Dieu, un monde confié aux hommes, Jésus y fut un jour envoyé comme serviteur, comme fils pour transmettre le message de son Père bien-aimé  et peut-être recueillir les fruits du travail des hommes, de ce peuple d’Israël , peuple élu, peuple choisi . Peuple qui, au cours de ses pérégrinations, a progressé dans la découverte de son Dieu et l’attend en libérateur. Jésus qui naît à Bethléem et grandit à Nazareth a de quoi être confiant en sa mission. Il va, c’est sûr, être accueilli à bras ouverts. C’est bien ce que nous ferions si Jésus venait aujourd’hui ?

Mais nos yeux sont aveugles, nos oreilles sourdes et nos esprits bornés. Ce n’est pas de la méchanceté non, ni de l’ingratitude . « Qui donc es-tu pour parler et agir ainsi ?  Pour qui te prends-tu ? » demande le peuple attendant son sauveur et en colère devant cet importun qui se prend pour Dieu. « Qu’il se taise ! Tuons-le ! 

         
                   Crucifixion – Abbaye d’Orval (Belgique)

 Les employés de la vigne n’ont rien vu de la beauté de cette terre, de la bonté du maître qui attendait son dû : une juste reconnaissance  et les fruits de sa vigne. Sans doute ces raisins-là auront-ils un goût amer comme tout ce qu’on s’approprie à tort ou au détriment d’un autre.

Peut-être même ne voudront-ils plus de cette vigne qui leur rappelle leurs crimes ? Elle profitera à d’autres en qui le maître aura davantage confiance.

« Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits. »

Sentence terrible. Jésus est proche de sa passion et le ton et l’angoisse montent. Se convertiront-ils enfin ? pense sans doute Jésus. La miséricorde et le pardon de Dieu seront toujours là pour l’homme qui croit et qui espère. Mais est libre aussi celui ou celle qui ne veut rien de Dieu. Dieu respecte l’homme. Aujourd’hui sans Dieu ?  Cela peut sembler parfois plus confortable même si c’est insensé (la vie perd son sens). Mais cet homme-là ne connaîtra ni le vrai bonheur sur terre ni celui infini de l’éternité.

Puissions-nous faire confiance à la Parole de Dieu, aux témoignages des disciples de Jésus d’hier et d’aujourd’hui. Puissions-nous trouver le pardon pour nos faiblesses dans la réconciliation avec Dieu, et force et courage dans l’Eucharistie . Rendons grâce à Dieu pour notre terre et notre humanité.  Prions le Seigneur :

                        Dieu de l’univers, reviens !

                  Du haut ces cieux, regarde et vois :

                        Visite cette vigne, protège-là,

                 Celle qu’a plantée ta main puissante.

 
                  Jamais plus nous n’irons loin de toi :

                 Fais-nous vivre et invoquer ton nom !

           Seigneur, Dieu de l’univers, fais-nous revenir

         Que ton visage s’éclaire, et nous serons sauvés.

                                                                       Ps 79

 DG
ph. © D.G

Mise à jour : Lundi 2 Octobre 2017, 13:16
Denyse - rubrique 01- EVANGILE DU DIMANCHE (commentaire) - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Dimanche 24 Septembre 2017

Evangile du dimanche 1er octobre 2017

 Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (21, 28-32)

 En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Quel est votre avis ? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et il lui dit : « Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne. » Celui-ci répondit : « Je ne veux pas. » Mais ensuite,  s’étant repenti, il y alla. Puis le père alla trouver le second et lui parla de la même manière. Celui-ci répondit : « Oui, Seigneur ! » et il n’ y alla pas. Lequel des deux a fait la volonté du père ? » Ils lui répondent : « Le premier »Jésus leur dit : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu. Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; mais les publicains et les prostituées y ont cru. Tandis que vous, après avoir vu cela, vous ne vous êtes même pas repenti plus tard pour croire à sa parole. »

         * 
             Saint Albert le Grand lisant l’Ecriture
             Basilique ND de Sion (54)

 Le grand thème de l’Evangile de saint Matthieu est la Loi et son accomplissement en Jésus. Ici, à nouveau Jésus s’adresse aux experts de cette Loi, leur demandant leur avis à propos de l’anecdote des deux fils  où nous nous reconnaissons un peu. On peut remarquer qu’aucun des deux garçons ne répond d’emblée à la demande du père. C’est sans doute ce qui frappe Jésus en vivant parmi les hommes : nos hésitations face à un engagement, nos fuites déshonorantes, nos fiertés mal placées.

On peut cependant prendre en considération la réponse du premier fils qui, au moins, affirme ce qu’il pense ( non, je ne veux pas) mais est capable, après réflexion, de revenir sur son premier choix. Ce qui n’est pas si mal. Etre chrétien, ce n’est pas s’en donner l’apparence ( « ils disent oui mais ne font pas ! » ) mais bien répondre du fond du cœur à un appel … même s’il nous faut le temps, car ce n’est pas toujours simple. Le Christ aime les réponses fermes ("Que votre oui soit oui"), les choix clairs et radicaux. Nous sommes souvent dans la demi-mesure, ménageant « la chèvre et le chou », comme on dit.

                              Seigneur, enseigne-moi tes voies,
                                Fais-moi connaître ta route.
                           Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
                                Car tu es le Dieu qui me sauve.

                                                                         Ps 24

«  Celui qui ouvre les yeux et se détourne du mal, c’est certain, il vivra, il ne mourra pas. » prophètise Ezekiel (18, 28)

 La suite de l’Evangile, qui évoque publicains et prostituées, n’en fait bien sûr pas l’éloge, mais Jésus fait ainsi remarquer que, malgré leurs vies imparfaites, ils ont cru à la parole annoncée par Jean-Baptiste. Ils ont écouté et ils ont cru. Alors que les autres, sûrs de leur savoir, n’attendaient finalement rien de cette parole ni de Jésus sinon la crainte d’être dérangés dans leurs certitudes et de leurs places en haut de l’échelle.

 Ecouter la parole et les appels de Dieu ? C’est d’abord regarder et écouter ceux qui nous entourent et donnent souvent une autre vision des choses que la nôtre. C’est souvent même dans des propos et des vies simples que se trouvent la lumière et la sagesse. Pas toujours dans les diplômes et les propos suffisants.

Si nous nous enfermons dans nos convictions, par peur parfois, nous risquons un jour ou l’autre bien des déceptions. Mais si nous attendons quelque chose des autres, ce sera pour nous une vraie richesse. Nous sommes tous, petits ou grands, forts ou faibles, attendus par le Père : « Veux-tu venir à ma vigne ? »  Peux-tu me donner un coup de main ? Peux-tu me visiter , me téléphoner ? Veux-tu ces légumes de mon jardin ? Veux-tu me pardonner ? Peux-tu m’accompagner ? …

 «  Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de ses propres  intérêts ; pensez aussi à ceux des autres. Ayez en vous les dispositions qui sont dans le Christ Jésus. » (Saint Paul aux Philippiens 2, 4-5)

 DG
* © D.G

Denyse - rubrique 01- EVANGILE DU DIMANCHE (commentaire) - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Jeudi 14 Septembre 2017

Le Monde de la Bible n°222

  Le Monde de la Bible  -  n°222 de sept-oct-nov.

             

 CHRETIENS D’ORIENT

En Syrie, en Irak, en Egypte, au Liban, en Turquie, les chrétiens d’Orient vivent des années dramatiques du fait des violences terroristes et des conditions de vie d’une grande pauvreté. En plus de notre indifférence, étant minoritaires, ils subissent souvent l’hostilité de leurs voisins et ne bénéficient d’aucune protection. Certains restent, attachés à leur terre ou ne sachant où aller. D’autres s’enfuient. La foi qui les anime soutient leur espérance d’un monde de paix, où chacun reconnaîtra enfin l’autre dans sa différence et ses richesses.

 Nous avons beaucoup à apprendre d’eux, de leur histoire de leur courage, de leur foi.

 La très belle revue « Le Monde de la Bible » de ce trimestre nous donne l’occasion de mieux connaître l’histoire des Arabes chrétiens. Plusieurs sujets :  Les bibles d’Orient, iconographie, langues, cohabitation avec d’autres religions, lieux de culte partagés…

D’autres articles complètent bien sûr ce numéro : lecture détaillée d’une œuvre de Gauguin,  très intéressante et belle « visite » d’œuvres de Maurice Denis (peintre, 1870-1943) au musée départemental  de Saint-Germain-en-Laye…, des informations culturelles (spectacles,livres…).

BON  A  SAVOIR ....

 - L’Institut du  monde arabe, à Paris,  propose également :

-         une exposition : « Chrétiens d'Orient. Deux mille ans d'histoire » Du 26 septembre – 14 janvier

L'exposition « Chrétiens d'Orient. Deux mille ans d'histoire » éclaire l'histoire d'une communauté plurielle et son rôle majeur au Proche-Orient, aux plans tant politique et culturel que social et religieux. Au fil du parcours, des chefs-d'œuvre du patrimoine chrétien sont à découvrir, dont certains montrés en Europe pour la première fois (cf. site de lInstitut du Monde arabe)

      -   la Deuxième édition de la "Biennale des photographes du monde arabe contemporain " .              Du 13 septembre au 12 novembre 2017 

 - Le journal  La Croix,  éditera un dossier spécial sur les chrétiens d’Orient,  tous les jours du 25 septembre au 7 octobre.

 

 

Mise à jour : Lundi 25 Septembre 2017, 13:28
Denyse - rubrique 05 - Chrétiens d'Orient - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Mercredi 30 Août 2017

Règle de saint Benoît - Prologue - lu du 1er au 7 septembre

 REGLE de SAINT BENOÎT – Prologue  – Lu du 1er au 7 septembre.

Ecoute, ô mon fils, les instructions du maître, incline l'oreille de ton coeur...
Prologue 1
           
                   
                           Abbaye de Tamié

 Le Seigneur dit dans l'Évangile : Celui qui écoute mes paroles et les accomplit, je le comparerai à un homme sage qui a bâti sa maison sur la roc. Les fleuves ont débordé, les vents ont soufflé et se sont déchaînés contre cette maison, mais elle n'est pas tombée, car elle était fondée sur le roc. (Mt 7, 24-25)

Cela dit, le Seigneur attend de nous que nous répondions chaque jour par nos œuvres à ces saints avertissements. C'est pour l'amendement de nos fautes que les jours de cette vie nous sont prolongés, ainsi que le dit l'Apôtre : Ignores‑tu que la patience de Dieu t’invite à la pénitence ? Car notre miséricordieux Seigneur dit aussi : Je ne veux pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive.(Ez 18,23)
Prologue 33-38

 La Règle de saint Benoît (6°s.) , outil si apprécié des moines depuis des siècles, est pourtant assez peu connue des chrétiens. Il est vrai qu’un parcours rapide sans information préalable, peut faire paraître cette Règle désuette. On pourrait d’ailleurs en dire autant de « L’Imitation de Jésus-Christ » (14°s.), ouvrage remarquable par sa profondeur et son sens pratique. Tout comme la Règle. Exceptés certains passages qu’il faut resituer dans le contexte de l’époque, élaguer parfois, l’ensemble reste un arbre aux mille fruits pour un chrétien un peu assoiffé de la Parole de Dieu.

                     
                        Saint Benoît et ses moines

La Règle de saint Benoît en effet est tissée de l’Evangile. Voyons le passage lu ce jour dans les monastères.

Pas de doute : « Le Seigneur dit » et nous invite à l’écouter. Tout comme les premières paroles du Prologue de Benoît :, « Ecoute ô mon Fils ». Aujourd’hui, on pourrait presque se contenter de cela : « Ecoute ». Conseil fort utile pour nous (les médias, la vie mondaine, nous-mêmes) qui parlons parfois à tort et à travers, paroles futiles ou perverses, en tous cas inutiles.

         

         Marseille - Basilique Notre-Dame de la Garde

Faisons l’expérience aujourd’hui d’ écouter l’autre plus que de parler ? Cela peut nous réserver de bonnes surprises…

Hier, je croise une voisine habituellement peu causante et lui demande simplement : « Votre journée de travail est finie , vous allez bien ? » , et voilà que se dévide tout le « burn-out » de cette aide à domicile qui n’en peut plus de ses journées de 12 heures au pas de course. Il fait bon être écouté quand on a mal quelque part…

le Seigneur attend de nous que nous répondions chaque jour par nos œuvres à ces saints avertissements. (v.35)

 Dieu n’est pas ailleurs que dans nos vies. Mais pour le reconnaître, il nous faut lire et méditer sa Parole, son Evangile, sa Bonne Nouvelle, préparer notre cœur à ces rencontres inopinées. « Etre fondé sur le roc » : Parole du Christ que nous rappelle saint Benoît. L’image de la tempête est parlante aussi pour nous aujourd’hui où nous voyons nos falaises mangées par les attaques de la mer en colère.

Sur quoi ma maison, ma vie est-elle construite ? Sur quel rocher invincible  reposent mon couple, ma famille ? « Il n’y a que l’amour… » chantait Jacques Brel.

Mais saint Benoît sait bien aussi que nous avons encore du chemin à faire. Malheur à celui qui se croit arrivé ! Par contre heureux celui qui fait confiance à la miséricorde de Dieu et se sait soutenu, encouragé par lui dans ses efforts de conversion. Chacun à son rythme. N’en voulons pas non plus à ceux qui avancent plus vite ou moins vite que nous. Respecter l’autre et son histoire. Compter sur Dieu. Voilà le roc.

                       
                           L'enfant prodigue - Eglise d'Orbe (Suisse)

 Notre miséricordieux Seigneur dit aussi : « Je ne veux pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive ».(v.38)

 D.G


 

 

Denyse - rubrique 02 - REGLE de SAINT BENOÎT ( commentaires) - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Dimanche 06 Août 2017

Règle de saint Benoît - ch.56 - 9 août

 RB 56 – De la table de l’abbé
 Lu le 9 août 

1- L’abbé mangera toujours avec les hôtes et les pèlerins.

2 - Quand il n’y aura pas d’hôtes, il pourra inviter ceux des frères qu’il voudra.

3 - Toutefois, il laissera toujours un ou deux anciens avec les frères pour le bon ordre.

           
                * 

                          Eglise de Dasindo (Italie) - Gravure sur schiste

On peut imaginer la contrainte que cela pourrait, de nos jours, représenter pour l’abbé de manger à la table des hôtes et pèlerins en cette période estivale où les hotelleries sont pleines.

Cette consigne de saint Benoît a été heureusement aménagée pour le bien de tous. Mais il faut en garder le sens et trouver un mode d’accueil des hôtes qui manifeste suffisamment de chaleur et de fraternité, se souvenant qu’il convient d’accueillir l’hôte comme le Christ lui-même.

                 

                     Autel de campagne - Année 1917
                             Centre Pompidou - Metz (expo 2012)                 
            

 A l’époque de sant Benoît, accueillir des hôtes, parler avec eux, c’était d’abord un témoignage qui pouvait éventuellement susciter une vocation. L’accueil que nous faisons à quelqu’un, ce premier pas, est quelquefois déterminant et peut être lourd de conséquence.

L’abbé délègue au Frère Hotelier cette mission d’accueil mais il reste le « maître de maison » à qui on se réfèrera toujours en cas de besoin. Il représente le Christ au sein de sa communauté dans cette relation étonnante où l’hôte est lui aussi accueilli comme le Christ.

Pour les retraitants venant quelques jours au monastère, il est bon de ne pas voir l’abbé comme une personne inaccessible et sur-occupée.

Que penserait-on d’une famille chez laquelle on serait en visite et dont le père ferait une simple apparition de convenance sans s’intéresser un peu à qui vient chez lui.

Il y a en tout cela une juste mesure à trouver de part et d’autre.

                  *   

                     La Cène - Colmar - Musée Unterlinden

 Le lieu de la table n’est évidemment pas anodin et nous évoque bien sûr la Cène et le partage du pain ou la belle rencontre à Emmaüs. Le rassemblement autour de la table familiale , même s’il se perd un peu, est souvent signe de fête, de convivialité, de mise en commun des joies et des peines. Les vacances nous donneront sans doute quelques occasions particulières de le vivre en prenant son temps. Car parfois il en faut pour laisser à chacun trouver  le bon moment de s’exprimer un peu en vérité et l’écoute suffisante.

 Soyons vigilants lors de ces moments privilégiés où parents, grands-parents, enfants et petits-enfants sont réunis. Sachons écouter beaucoup, donner la parole à chacun, favoriser l’harmonie du groupe , « pour le bon ordre » comme dit Benoît. Il y aura peut-être là Judas, prêt à trahirr...

La table de l’Eucharistie , table de l’offrande sans mesure et du partage, où se mêlent bons et mauvais penchants de chacun, ne nous sera vraiment compréhensible et authentiquement vivante, que si nous savons déjà au quotidien vivre de vraies relations d’amour.

                              Dans ma maison,

                 J’ai table ouverte pour le temps…

                             J’y sacrifie

              Ce que le temps veut pour s’ouvrir.

                      Je sacrifie à cet instant

                          Qui sera temple…

                                    **

                Quand chacun de tes jours

                          Te sera sacré,

                Quand chacune de tes heures

                          Te sera sacrée

                 Quand chacun de tes instants

                          Te sera sacré,…

                    Nous ferons de la terre

                Une cathédrale sans murs. […]

                  Les dimensions du monde

                   Seront dans nos instants.

                       Chacun de nous

                              Officiera. *

 * Extraits de poésies de Guillevic,
     cités par Fr.Bernard-Joseph Samain (abbaye d’Orval)  
     dans son livret (été 2014)
  « Le pain, le vin sont notre résumé. »
     Approche poétique de l’Eucharistie.


DG
 * © D.G

Denyse - rubrique 02 - REGLE de SAINT BENOÎT ( commentaires) - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Dimanche 30 Juillet 2017

Evangile du dimanche 6 août 2017

 Evangile selon saint Matthieu 17, 1-9

La TRANSFIGURATION

             
         
   La Transfiguration - Rubens -  Nancy , Musée des Beaux-Arts

En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmena à l’écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux.

 Se mettre à l’écart, gravir la montagne sont deux précisions de l’évangéliste qui soulignent ainsi la nécessité de certaines conditions favorables pour « voir et écouter » Dieu. Jésus se fait accompagner de trois amis fidèles qui vont vivre ce jour-là un évènement extraordinaire.

En quoi consiste cette transfiguration de Jésus ?

 Son visage devint brillant comme le soleil…

Soleil qui se lève chaque matin, évoquant le jour de la Résurrection. Grâce de la lumière redonnée chaque jour. Les constructeurs de cathédrales ont eu le souci d’orienter à l’est les absides qui accueillent ainsi le lever du jour.

Ses vêtements blancs comme la lumière…

Blanc, signe de pureté qui habille les prêtres, les baptisés, les communiants, les mariées…

Pour Jésus, c’est le signe qu’il est entré dans la sphère céleste, sorte d’anticipation de la résurrection.

Le Christ est source de lumière, source de vie divine accessible à l’homme, une lumière qui se répand aussi sur ses vêtements, c’est-à-dire sur le monde extérieur.

La prière n’est-elle pas une rencontre transfigurante ?

 Voici que leur apparurent Moïse et Elie, qui s’entretenaient  avec lui.


                      
                       
Moïse

Moïse et Elie : deux grandes figures de l’Ancien Testament représentant la Loi et les Prophètes auxquels est tant attaché le peuple d’Israël et donc Jésus lui-même.  Dans cette rencontre est manifestée la continuité du projet de Dieu à travers les âges et son accomplissement en Jésus.

Sur la montagne, Jésus a partagé cette manifestation avec quelques-uns de ses disciples devenant ainsi témoins de cette glorification de Jésus par le Père. La joie de Pierre est immense :

Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse,et une pour Elie. »

Quoi de plus naturel que désirer que dure un bonheur aussi intense ! Pierre est dans le concret : « Dressons des tentes ! » En référence à la joyeuse fête des Tentes. (Lévitique 23,33-36)

La joie de Pierre lui fait perdre la raison. Il croit pouvoir saisir et maîtriser la manifestation divine. L’amour ne fait-il pas perdre la raison ?

 Pierre parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre, et voici que de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! »

Comme durant l’Exode et la nuée qui recouvrit la tente du rendez-vous de Moïse avec Dieu. (Ex 40,35). Ombre de l’Esprit-Saint qui couvrira Marie pour lui donner Jésus. Et paroles de Dieu qui confirment celles entendues lors du baptême de Jésus par Jean-Baptiste.

L’essentiel de l’évènement vécu sur la montagne se précise : plus qu’un sauveur, Jésus est Fils de Dieu, Fils bien-aimé, amour du Père. Saint Marc dira de Jésus qu’il fut « transfiguré ».

Et d’une certaine façon, le regard des disciples fut lui aussi transfiguré.

«  Dans ta lumière, nous verrons la lumière. » (Ps 35, 10)

 Ecoutez-le = Shema Israël = profession de foi quotidienne du peuple juif.

C’est désormais Jésus qu’il va falloir écouter car il parle avec une autorité plus grande que celles de Moïse et d’Elie (Ac 3, 22-23).
Dieu parle. La Parole devient la personne même de Jésus. Encore faut-il l’écouter, y croire, faire confiance et la mettre en pratique…

Cette révélation est bouleversante pour les disciples car ils n’imaginaient rien de pareil. Et soudain, ils ont peur, comme incapables de supporter cette lumière.

« Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent la face contre terre et furent saisis d’une grande crainte. »

                                  

Dans l’Evangile de Luc, il est dit : « Les disciples dorment ». L’essentiel leur échappe. Comme plus tard au Jardin des Oliviers. De nombreuses œuvres d’art représentent cette scène. Prendre conscience de qui est vraiment Jésus bouleverse forcèment nos vies, nous laisse un peu effrayés par ce mystère du Christ, vrai homme et vrai Dieu.

Jésus, lui, semble au contraire plutôt paisible et apaisant, comme si souvent dans l’Evangile.

Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! »

La parole de Jésus semble rompre le charme, ramener sur « terre » les disciples.

Levant les yeux, ils ne virent plus personne, sinon lui, Jésus, seul.

Jésus devient le cœur de leur recherche. Nous avons, nous aussi, besoin de signes, d’expériences spirituelles. Mais un jour, c’est lui Jésus, seul, qui devient notre raison de croire, d’aimer, d’espérer. Notre raison de vivre.

 En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »

Le peuple n’est pas encore prêt à entendre, à comprendre cette vision. Attendre la Résurrection…

 Mais l’évènement de la Résurrection suffira-t-il aux hommes pour croire à l’amour de Dieu ?

 DG

Denyse - rubrique - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Dimanche 23 Juillet 2017

Evangile du dimanche 30 juillet 2017

 Parole de Dieu pour aujourd’hui*

 Dimanche 30 juillet 2017

du 1er Livre des Rois (3, 5-12)

«  Pendant la nuit, le Seigneur apparut à Salomon. Dieu lui dit : « Demande ce que je dois te donner ». Salomon répondit : ‘ Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu’il sache gouverner ton peuple et discerner le bien du mal.’ »

                                                 

Le roi Salomon fait preuve de discernement et de sagesse. Il ne demande rien pour lui-même mais désire avant tout être juste et bon envers son peuple. Et cela plut au Seigneur qui lui accorda ce qu’il demandait.                    Quand nous prions, que demandons-nous au Seigneur ? Savons-nous apprécier ce qui est bon, positif dans nos vies ? Les temps sont difficiles, incertains pour l’avenir, l’Eglise cherche de nouveaux chemins répondant à l’attente, parfois insoupçonnée, du peuple d’aujourd’hui. Nous sommes tous responsables de la croissance de l’Eglise . Croyons au bonheur que Dieu nous promet. Ecoutons-Le.

de la lettre de saint Paul aux Romains ( 8, 28-30)

« Quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien puisqu’ils sont appelés selon le dessein de son amour. »

Quel est donc le désir, le projet de Dieu sur l’Homme ? Saint Paul nous dit que Dieu a envoyé son Fils Jésus sur terre pour qu’il soit le  frère aîné « d’une multitude de frères ».  Relisons la vie du Christ, écoutons ses paroles, observons ses gestes. Le Christ est l’image de Dieu et notre modèle si nous souhaitons connaître le vrai bonheur. Une bonne connaissance de l’Evangile peut nous éclairer bien souvent sur des décisions à prendre, sur le sens de notre vie. En l’expérimentan t, nous découvrirons qu’il n’y a pas de meilleur chemin pour une vie pleine et fraternelle qui ne se disperse pas en futilités. Si nous aimons Dieu, laissons-nous aussi modeler par Lui, comme tout enfant aime apprendre en toute confiance d’un père et d’une mère aimants.

                           * 

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (13, 44-52)

« Le royaume des Cieux est comparable à un négociant qui recherche des perles fines. Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète la perle. »

Qui d’entre nous n’a pas connu une grande passion pour un proche ou pour une activité ? N’avons-nous pas à certains moments tout laissé de côté pour vivre pleinement cet attrait ?  Les jeunes mariés se promettent de s’aimer toujours, les moines, les moniales, les prêtres renoncent à bien des choses en donnant leur vie à Dieu. Etre prêts à escalader la plus haute montagne ou à partir au bout du monde, c’est un peu fou, mais en même temps c’est aller jusqu’au bout de sa passion. Si on rencontre l’amour de Dieu, on comprend peu à peu qu’il surpasse toutes autres  valeurs, qu’il en est à l’origine et le moteur. Il va nous bousculer sans doute nous ouvrant des horizons plus larges et parfois insaisissables à vue humaine,  mais qui ne nous décevront jamais.

                           * 

«Quelle merveille, tes exigences, aussi mon âme les garde ! 
Déchiffrer ta parole illumine, et les simples comprennent
. »
Ps 118

 DG
© D.G

* Graines de Parole de Dieu semées dans notre champ. Y repenser dans la journée, dans la semaine…

-  Conseil : Pour bien  resituer la phrase dans son contexte, aller voir l’intégralité du texte choisi par l’Eglise pour ce jour.  Il est intéressant de noter aussi la complémentarité des trois lectures.

 

 

Mise à jour : Mardi 25 Juillet 2017, 13:05
Denyse - rubrique - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Mercredi 12 Juillet 2017

Règle de saint Benoît - ch.39-40 (lu 18-19 juillet)

 RB 39-40 (18-19 juillet)

 De la mesure dans la nourriture et la boisson

 39 . Pour le repas quotidien, nous estimons qu’il suffit de deux plats cuits… une livre de pain suffira…Si le travail a été plus pénible…il convient d’ajouter quelque chose, évitant surtout l’excès… Tous s’abstiendront de manger de la viande…sauf les malades très affaiblis…

                  * 

 Ce chapitre, comme l’ensemble de la RB, est toujours à replacer dans le contexte de l’époque.
Mais ce sur quoi Benoît insiste, et que nous pouvons retenir pour nous, c’est tout excès. Ni trop, ni trop peu d’ailleurs. La vie monastique médiévale n’est pas particulièrement austère (les pauvres ont des conditions de vie bien plus rudes) mais il doit surtout y avoir cohérence entre la vie spirituelle et tous les actes du quotidien. On sait aussi que le moment du repas est en continuité avec l’office.

 Nous connaissons nous aussi l’importance d’un repas simple, équilibré où le partage a toute une symbolique**. Notre façon de manger serait-elle « le reflet de notre âme » ? (Dom Guillaume Jedrzejczak- Sur un chemin de liberté – p.296). Songeons à la boulimie comme à l’anorexie.

 Nous avons peut-être à revoir certaines de nos façons de faire : type d’achats, restes qu’on jette, convivialité absente (télévision par ex.), dire que c’est bon à celui qui a préparé le repas…

On voit aussi que Benoît, s’il est strict pour qui va bien, sait adapter les contraintes pour les malades, les travailleurs, les enfants. Et ce sera à l’abbé (ou au chef de famille) d’en décider. On pense à l’enfant « qui fait la loi » et a décidé de ne manger ni légumes verts, ni fruits !

 _________________________________
** Voir recension sur blog rubrique "Livres" : 

La symbolique du repas dans les communautés
De la Cène au repas monastique

Jean-Claude SAGNE
Editions Cerf, 2009
  
_________________________________                            

40. Le supérieur est habilité à juger si les conditions de lieu, le travail, l’ardeur de l’été exigent davantage, [et si les circonstances font que nous n’avons pas assez  ] « abstenons-nous de récriminations. »

En particulier, en ce temps de vacances où les repas familiaux sont souvent élargis à d’autres convives, sachons rester raisonnables dans notre consommation de nourriture et de boisson et la joie partagée sera d’autant plus vraie et agréable pour tous.

            *   

 « Tu ne te nourriras pas seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ».(Mt4,4)

 La nourriture indispensable à mon corps est-elle proportionnelle à celle que je donne à mon âme, à mon esprit ? Prenons-nous encore le temps de prier, de nous nourrir de l’Evangile ? En connait-on encore assez le goût, les « délices » diraient les saints ?

Temps de vacances qui peut être propice  à quelques lectures spirituelles ou tout simplement à la méditation de l’Evangile du dimanche … ou de la Règle de saint Benoît ; ce qui nous fera vivre en communion avec l’Eglise.

 

       
       
     * Sermons de saint Bernard (12°s.)
  Troyes – exposition 2015 : « Clairvaux, une aventure cistercienne »

 DG
* © DG

Denyse - rubrique 02 - REGLE de SAINT BENOÎT ( commentaires) - Version imprimable - Permalien - 0 commentaires

Plus d'articles :

Calendrier

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Contact

Par E-mail

.

Mes liens

Voici quelques sites de référence que je vous conseille vivement.

Mes liens